Hello

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1280 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Plan :
-Introduction
-Développement : 1) Donalda, une victime de l’amour.
2) Séraphin, l’homme sans cœur et son péché de l’obsession.
3) Le désir, le diable cherchant les âmes.
-Conclusion

Le Désir est un grand thème dans le roman Un Homme et Son Péché écrit par Claude-Henri Grignon. Selon le dictionnaire Le Petit Robert 2008, le désir est une tendance consciente de l'être vers un objetou un acte déterminé qui comble une aspiration profonde (bonne ou mauvaise) de l'âme, du cœur ou de l'esprit. C’est la l’élément qui domine la vie de Séraphin et Donalda, les deux personnages principaux, mais sous deux apparences différentes: ‘Amour’ pour Donalda et ‘Obsession’ pour Séraphin. Nous allons étudier les deux faces du Désir en analysant, en premier, le cas de Donalda, puis celui deSéraphin, et enfin, le Désir en général. Le désir de Séraphin est un désir matériel, où il présente une obsession pour la prospérité. Le désir de Donalda est plutôt sentimental, sensuel, spirituel. Ces deux formes de désir les mènent, tous les deux, à une fin horrible et tragique.

Donalda est une belle jeune femme âgée de 21 ans. Elle est belle, active, généreuse, bonne, travailleuse. Elle a laissépartout les plus belles images d’elle. Elle est mariée à Séraphin à 20 ans. Elle, comme toutes autres femmes, désir de se marier, puis avoir des enfants et avoir une vie heureuses et normale. Mais son désir n’est jamais satisfait. Elle n’a jamais reçu de vrai amour ni aucun sentiment de la part de Séraphin. Elle se dit et croit que Séraphin l’adore, l’aime. « Mon mari est ben bon… Il peut toutdonner (…) Mon Séraphin me les a donnés pour m’acheter un cadeau pour Noël. Quel grand cœur ! » (p.96). Comme Séraphin de payait pas trop d’attention pour Donalda, quelques petites choses suffisaient pour la rendre heureuse et l’aveugler de l’avidité de son mari. Plusieurs fois, dormant dans le même lit que Séraphin, elle devait retenir ses désirs, sa soif d’amour. Elle supportait tout cela, sansaucune complainte. Mais elle était aveugle de la vérité par l’attitude faux et sarcastique de Séraphin. Il ne l’aimait même pas. Il la traitait comme un animal. « Il fit de sa femme moins qu’une servante : pas autre qu’une bête de somme. « (p.9). Elle meurt dans la solitude, dans la pire crève d’amour du monde. « Il maudit la vie a deux » (p.49). Cette pauvre belle fée aux doigts de rose asouffert, toute sa vie. Après sa mort, son âme est peut-être tranquille, mais son corps de fée terrienne pas car il est déformé par Séraphin pour pouvoir la mettre dans le cercueil qu’il a fabriqué pour une petite fille. Même après la fin de sa vie, Donalda ne peut pas avoir un départ tranquille vers l’autre monde alors que tout ce qu’elle a fait est aimer.

Séraphin est un vieux, laid et maigre avareobsédé par l’argent. Son désir pour l’argent est devenue une obsession pour la fortune et la prospérité, lui rend fou mais l’aide à surpasser toutes choses pour gagner de l’argent. Il ne pense à personne ni rien autour de lui. Il ne pense même pas à sa pauvre belle femme dont il a aimé une fois avant. Son obsession est plus puissant que son amour et a détruit tous ses sentiments humains pour letransformer en un homme sans cœur. Il n’avait plus de sentiments pour Donalda. « Il la haïssait même. » (p48). Il savait très bien que Donalda voulait avoir des enfants, mais cela était, pour lui, un grand gaspillage inutile. « Tu sais, ma fille, que des enfants, ça finit par coûter cher. » (p.10 deuxième réplique de la page). Mais pour une fois, et une fois seulement, il a possédé Donalda, et trèsbrutalement. Après cela, il ne la payait plus d’attention du tout. Il arnaquait les gens avec sa fausse générosité en leur prêtant de l’argent avec des intérêts incroyables. Monsieur Lemont était un de ses victimes. Claude-Henri Grignon décrit le péché de Séraphin comme une sorte de drogue. Séraphin le respirait, cela lui rendait heureux car c’est son obsession, il ne pouvait pas vivre sans...
tracking img