Hernani

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (686 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Son aveu est involontaire, c'est une passion qui la domine et qui est plus forte que son amour maternel. Passion vient du latin patium qui signifie souffrir, et cette souffrance est plus fortequ'elle et elle destructrice d'abord pour elle-même. Le terme "fureur" au vers 10 désigne cette passion. Au vers 28 : le verbe languir "j'ai langui" montre combien elle est déprimée et accablée, "j'aiséché" montre son assèchement, la perte de sa vie et le terme "feux" est l'image du feu qui la brûle, le terme "larmes" opposé à "feux" montre bien que son feu intérieur l'assèche complètement. Sonbouleversement intérieur qui est aussi bien physique que moral montre qu'elle est en dépression. Le vocabulaire de la folie au vers 13 montre que la passion l'emporte sur la raison. Au vers 37 : le terme"odieux amour" est a relié à la haine. La réaction de Phèdre c'est la fuite : vers 22 et 23 : la gradation entre les verbes "fui" et "chasser" montre qu'elle a voulu s'éloigner le plus possible de sonfils. Phèdre ne se supporte plus, elle est comme aliénée, étrangère à elle-même. Elle se perçoit comme un monstre (qui est différent des autres), elle est pour elle-même un objet de haine : voir vers 16,avec l'opposition entre les termes "abhorré" et "détester". Elle recherche même la haine des autres : "J'ai recherché ta haine" (vers 24). Au vers 39, elle se désigne clairement comme un monstre enhyperboliquement son image de monstre : elle dit à Hippolyte : "délivre l'univers" au lieu de délivre Athènes. Phèdre c'est une abomination de l'inceste, qui fait parti des sujets "tabous". Elle exprimeen elle-même cet interdit, et il faut comme en purger l'univers. Celà la met à un niveau mythique, de ceux qui ont eu un tête à tête avec le destin. L'adjectif "affreux" (vers 41) permet de se rendreencore plus monstrueuse. Le mot "monstre" encadre l'interdit. Phèdre insiste sur le fait qu'elle est "la veuve de Thésée" (vers 40). Phèdre continue de se mépriser : vers 47 : "sang trop vil",...
tracking img