Heureux qui comme ulysse...

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2431 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Analyse d’un poème et de sa période : L’Humanisme

« Heureux qui, comme Ulysse » de Joachim du Bellay

A. Première hypothèse de lecture

En lisant une première fois ce poème, nous avons l’impression que le poète est en exil, ou loin de chez lui, et qu’il regrette sa ville natale. Il envie Ulysse qui avec son long périple « a fait bon voyage » et a bien pu rentrer chez lui.
Sens du titre:
C’est le début du poème simplement…
Registres :
Lyrique  on parle en « je », la ponctuation expressive et ce sont des thèmes propres au lyrisme.
Thèmes :
La fuite du temps, la solitude…
Sentiments :
La nostalgie, la mélancolie, le regret, la douleur…
Structure :
C’est un sonnet = 2 quatrains + 2 tercets en alexandrins (ABBA ABBA CCD EED)
On a des rimes suffisantes (2 syllabes) oubien riches (3 syllabes)
Il y a aussi dans le texte des « rimes internes », c’est-à-dire des mots qui riment à l’intérieur du vers. C’est le cas avec le mot « palatin » et « marin ».
Espaces blancs entre les strophes
Enfin, dans ce travail sur l’écriture poétique de du Bellay, on peut noter les nombreux enjambements entre les vers. La phrase ne se termine pas à la fin du vers : elle se continuesur le vers suivant.

B. Informations sur l’auteur

Nom : du Bellay
Prénom : Joachim
Naissance : en 1522, à Liré, en Anjou
Décès : le 1er janvier 1560, à Paris
« Découvrant la Rome des empereurs et des papes dont tous les humanistes ont rêvé, du Bellay, poète français, se sent amèrement déçu : seul, loin des siens, il fait l’expérience de l’exil. La poésie devient alors le refuge secretoù il peut faire chanter sa douleur. »
« Heureux qui, comme Ulysse » est tiré de son œuvre la plus célèbre, Les Regrets, recueil de sonnets d’inspiration élégiaque (dans le lyrisme, sur un ton plaintif particulièrement adapté à l’évocation d’un mort ou d’une souffrance amoureuse due à un abandon ou à une absence) et satirique, écrit à l’occasion de son voyage à Rome de 1553 à 1557. Du Bellay a dûse rendre en Italie pour accompagner le cardinal Jean du Bellay, un cousin de son père, à la cour pontificale à Rome. Il attendait avec impatience de découvrir Rome et la culture antique… et cruelle déception ! Comme intendant de son parent, du Bellay vivra une vie d’ennui, loin de la liberté qu’il espérait, il se retrouve au milieu des intrigues de la cour du pape.

C. Informations sur lapériode, le courant, le mouvement

L’Humanisme est un courant intellectuel européen qui s’est développé à la Renaissance aux XVème et XVIème siècles. Renouant avec la civilisation gréco-latine (= Retour critique aux sources antiques), les intellectuels de l’époque manifestent un vif appétit de savoir. Considérant que l’Homme est en possession de capacités potentiellement illimitées, ils considèrentindispensable le quête du savoir et la bonne maitrise des diverses disciplines. Le savoir doit aussi être accessible à tous, selon eux (= Plus grande confiance en l’Homme qui peut « évoluer positivement, grandir » + souci de l’enseignement).
Ainsi, l’Humanisme vise à diffuser plus clairement le patrimoine culturel et religieux. Les notions de liberté, de tolérance, d’indépendance, d’ouverture etde curiosité sont indissociables de la théorie humaniste classique.
Les humanistes sont donc des érudits (intellectuels) qui étudient les langues et les textes antiques. Ils y retrouvent la pureté linguistique et l’art de s’exprimer, des connaissances oubliées, afin de mieux comprendre leur temps.
Ce retour à l’Antiquité est vécu comme une véritable renaissance ! C’est un accès à la modernité,en rupture avec l’ordre médiéval d’avant, senti comme ignorant et barbare.
Durant cette période, la première école littéraire française fait son apparition : La Pléiade. Elle regroupe 7 poètes aristocrates dont les plus célèbres sont Pierre de Ronsard et Joachim du Bellay. Ce groupe possède un point de vue commun : on y considère le poète comme un artiste inspiré et la poésie comme le genre...
tracking img