Hip commentaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1673 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire de texte : Fulbert de Chartres, Lettre à Guillaume V duc d’Aquitaine, 1020
 
Durant l’époque féodale, au 10eme siècle, qui désigne un système légale en France, issu de la conquête de l’empire romain d’occident par les barbares ; l’organisation du territoire consistait en une sorte de confédération de seigneurs investis chacun d’un pouvoir souverain dans leur propre domaine. Laféodalité évolue durant cette époque et donne une identité au Moyen-âge, avec le capitulaire de Quierzy en 877.
                Fulbert de Chartres dans Lettre à Guillaume V , Duc d’Aquitaine fait comme son nom l’indique parvenir une lettre au Duc d’Aquitaine en 1020.
                Fulbert de Chartres est un saint de l’église catholique, évêque de chartres, conciliateur et bâtisseur. Il  est issud’une famille modeste, et est réputé comme conseiller des rois et des princes, notamment par sa proximité avec Hugues Capet, puis avec Robert II. Il fût nommé évêque de Chartres en 1006. Il utilise le droit féodal qui est très respecté dans le nord du Royaume ? Tandis que les territoires du sud le pratique moins et l’oubli.
                C’est ainsi que dans cette lettre adressé au Duc d’Aquitaine,il énonce les obligations du vassal envers son seigneur, mais également ceux du seigneur envers le vassal.       
                L a question est de savoir quels sont les liens qui unissent le vassal et le seigneur. En d’autre termes à l’issu de la cérémonie d’hommage et de fidélité quels sont les caractéristiques des liens qui unissent les deux.
                 La cérémonie de fidélitédécoule sur des principes que le vassal ne doit pas enfreindre et qui iraient à l’encontre du seigneur. De plus au terme de cette cérémonie des obligations réciproques naissent entre les deux et auxquels le non-respect peut entraîner des sanctions pour l’un comme pour l’autre.
                ***La cérémonie de l’hommage et de fidélité qui permet de lier un vassal à un seigneur est pour le vassal unlien de contrainte
 
                **Pour qu’un  lien de fidélité se créer entre le vassale et le seigneur, il faut que ces deux passent par une cérémonie de l’hommage. Le vassal, dans un système féodal, est une personne qui reçoit un morceau de territoire d’un roi, ou d’un grand seigneur. Le seigneur lui, est le possesseur d’une seigneurie, il peut être a la fois un individus mais aussi unepersonne morale, le plus souvent d’une institution ecclésiastique. La cérémonie de l’hommage est une cérémonie publique qui se déroule dans le château du seigneur, elle est rendu publique pour «  frapper les mémoires » et pour qu’il y’ait une preuve de ce «  contrat » entre le seigneur et le vassal. Durant celle-ci, le vassal nu-tête, sans armes s’agenouille devant le seigneur tout en mettant sa maindans celle du seigneur, c’est ce qu’on appelait la manumission. Ce terme est un terme de droit romain, dans lequel à l’époque romaine, l’esclave était affranchit avec les modalités établies par la loi. Le vassal qui est a genoux devant le seigneur, montre le lien qui les unira, c'est-à-dire un rapport de soumission. Le vassal prononce devant le seigneur qu’il «  est son homme » Autrement ditqu’il appartient au seigneur, c’est sa propriété, une propriété légitime car ce processus d’appropriation est rendue public dans de cette cérémonie. L seigneur répond au vassal qu’il  «  le reçoit et le prend comme homme ». Au terme de cette cérémonie tout deux se donne un baiser : l’osculum fidei, qui créer un lien de parenté entre eux, comme père –fils, ce baiser met en place entre eux une formed’égalité.
                A l’issu de cette cérémonie des contraintes pèsent sur le vassal, auxquels il ne doit déroger
 
                **Une fois que le vassal et le seigneur se sont unis lors de cette cérémonie, le vassal ne peut enfreindre certaine règles du «  contrat » En effet six mots sont énumérés, qui font référence à la négation. Le vassal ne peut «  causer quelque dommage au...
tracking img