Hip hop au sénégal

Pages: 6 (1363 mots) Publié le: 18 juillet 2009
La révolution par le bas : l’intrusion du mouvement hip hop au Sénégal.
Quand les jeunes donnent le la, pour qui sonne le glas ?

On considère souvent, à tort, que les sociétés africaines étaient des modèles achevés d’immobilisme d’où le changement social était quasiment exclu. Or, la force de ces sociétés résidait entre autres dans leur capacité à ménager adroitement des dispositifsd’expression de la différence et des troubles sociaux liés immanquablement à la vie de toute communauté humaine. Sous différentes formes, elles ont su gérer les remous sociaux. Mais, ces dispositifs sont aujourd'hui, soit considérablement affaiblis, soit ont tout bonnement disparus. Et les sociétés africaines, en général, la société sénégalaise partant, éprouvent des difficultés considérables à lesrevitaliser face aux défis de la modernité qui pose des questions d’une grande acuité. Cette société sénégalaise a grand mal à faire face à ces défis. Les jeunes, perdus dans cette fragilisation des institutions qui les accompagnaient dans la socialisation, tentent de combler ce vide créé par la crise, de se trouver eux-mêmes des réponses, d’être en quelque sorte des adultes avant l’âge. Le hip-hop estapparu comme une de ces tentatives de réponse. D’abord « affaire de branchés », confiné dans cette phase d’implantation primaire dans les quartiers chics (au début, c’étaient surtout les jeunes de ces quartiers qui avaient accès à la télévision câblée, aux cassettes vidéos, qui voyageaient ou qui avaient des proches qui voyageaient…), contrairement à ce qui s’est passé aux Etats-Unis d’Amérique, ils’est popularisé par la suite, se répandant dans toutes les régions du Sénégal. Mais s’il est vrai qu’il n’a pas toujours été ici un mouvement engagé – il faut le reconnaître – il reste tout autant vrai qu’il est devenu par la suite un véritable système culturel, porteur de toute une série d’aspirations pour un Sénégal autre. Conscients des possibilités de réalisation qu’offre cette culture, lesjeunes se l’ont approprié pour en faire un mouvement engagé. Ils ont démontré que ceux qui avaient prédit la mort prématurée du hip hop, considéré alors comme une mode puérile, éphémère, soit une fad (il y a eu notamment le smurf) qui allait vite disparaître, se sont lourdement trompés. Face au malaise, à l’anomie sociaux, les bboys et bgirls ou fly-girls (adeptes, respectivement filles et garçons,du hip hop) ont réagi en développant une culture à la fois contestataire et constructive. Culture issue de la rue, le « double H» met en scène plusieurs branches dont on retient habituellement les suivantes : DJing, MCing, Street Dance, Writing (KRS 1, « The Blastmaster », a identifié jusqu’à 9 branches : « breaking, emceeing, graffiti art, deejaying, beatboxing, street fashion, street language,street knowledge and street entrepenurialism » Cf. Hip Hop Knowledge, 2001). Entre la sortie de Rapper’s delight (1979) de Sugarhill Gang, et surtout celle de The message (1982, GrandMaster Flash & The Furious Five) aux Etats Unis, de Rapattitude en France (1990), de Tebeul ma teup (1991, MC Lida), et de Bagn bagn beug (PBS, 1992), Boul Falé (PBS, 1993), ou Dafa jot (Reskp, 2008), le hip hop afait du chemin. Ainsi, le bboy sénégalais a gêné considérablement le Sénégal conformiste en manifestant son appartenance à cette culture. Les bboys ont instauré effectivement une série d’attitudes et de postures inhabituelles (avec les check down, casquette de base-ball renversée, sneakers, baggy, ...). Ils ont alors été très vite catalogués comme des égarés victimes d'une imitation de la culturenoire américaine.
En réalité, le problème est bien plus complexe qu’une simple imitation ou effet de mode passagers. Invité dans le « borough » du Queens (NYC), en novembre 2007, à un panel sur « Hip Hop and Globalization » avec des heads comme Chuck D, Kool Herc…, j’ai vu que certains panélistes –et ce n’était pas une remarque inédite– avaient déclaré que le hip hop était désormais plus vivant...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Hip Hop
  • Hip hop
  • hip hop
  • Hip hop
  • Hip-hop
  • Hip hop
  • Hip-hop
  • Le hip hop

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !