Histoire de la gendarmerie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 30 (7326 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LA GENDARMERIE

1 - LA NAISSANCE DE LA MARÉCHAUSSÉE
Remonter aux origines de la maréchaussée nous amène à faire un bond de huit siècles dans le passé, jusqu'au règne de Philippe II Auguste (1180 / 1223 ).
La maison du roi, c'est à dire sa domesticité, était alors dominée par quatre grands officiers :
• Le SÉNÉCHAL, le plus important, à latête de l'armée, de la justice et chef des domestiques ;
• Le CHAMBRIER, gardien de la chambre du roi ;
• Le CHANCELIER, " grand secrétaire particulier " du souverain et gardien du sceau royal ;
• Le CONNÉTABLE ; La maréchaussée allait voir le jour dans le sillage de ce dernier.

1. - LE CONNÉTABLE SUPPLANTE LE MARÉCHAL
Le Connétable ( du latin comes stabuli,le comte de l'étable ), qui dirigeait les écuries royales, secondé par les Maréchaux, vit ses fonctions sortir du cadre strict des écuries quand, à la mort du Sénéchal Thibaud V comte de Blois en 1191 au siège de Saint Jean d'Acre ( en Palestine ) lors de la 3 éme Croisade, Philippe Auguste choisit de laisser celui-ci sans successeur : Il prenait ombrage de la puissance grandissante du sénéchal.Les attributions de ce dernier furent alors réparties entre plusieurs officiers
Le Connétable Matthieu II de Montmorency se vit accorder ses pouvoirs militaires, en récompense de la vaillance dont il avait fait preuve à la bataille de Bouvines le 27 juillet 1214. Dès lors, le connétable et ses maréchaux, auxquels il déléguait son autorité, devinrent les chefs de l'armée, avec pourtâche de mener les troupes en campagne, mais aussi de maintenir la discipline et de juger les méfaits dont les soldats s'étaient rendus coupables.
Pour rendre la justice, le connétable disposait d'une juridiction spécifique, la Connétablie et les maréchaux, de la Maréchaussée.
C'est une longue épopée de cette dernière qui nous a conduit à la Gendarmerie Nationale.En 1373, l'Edit de Paris fixe le siège de ces deux juridictions à Paris où elles siègent à la " Table de marbre " quand la Cour, qui avait toujours été itinérante s'y fixa.
Pour faire face à l'ampleur de la tâche de la police aux armées, le connétable et ses maréchaux s'adjoignirent rapidement les services d'un " Prévôt des Guerres, appelé aussi prévôt des maréchaux ",chargé d'exercer sa juridiction avec l'aide de troupes d'hommes armés, les sergents des maréchaux : le corps de la maréchaussée était né et les prévôts se multiplièrent

1.2 - VERS UNE ARMEE PERMANENTE
Eclose au sein de l'armée féodale, la maréchaussée en adopta le caractère itinérant et temporaire ( service d'Ost ).
Avec la guerre de Cent ans ( suite de guerresintermittentes qui s'étalèrent sur les XIV et XV siècles ), se fit sentir la nécessité d'une armée permanente. Elle pris naissance entre 1439 et 1450 quand Charles VII organisa les quinze compagnies d'Ordonnance : 9 000 cavaliers recrutés dans la noblesse et répartis aux frontières. Ce caractère permanent gagna du coup les prévôtés : des prévôts s'installèrent avec leurs sergents dans les villes degarnison. Ce n'était que les premiers pas.

2 - LE TEMPS DE L'AFFIRMATION
En 1474, Louis XI ayant réalisé combien la maréchaussée pouvait lui être utile pour le maintien de l'ordre et la sécurité des populations décida que chaque province fut dotée d'un prévôt.
En 1514, l'Ordonnance de Blois imposa le principe des chevauchées de garnison en garnison. C'était l'actede naissance des fameuses tournées visant à quadriller les provinces. Hélas, les prévôts ne pouvaient sanctionner que les faits militaires.

2.1 - DU CONTROLE DES MILITAIRES À CELUI DES CIVILS
L'Edit de Paris en 1536 fit évoluer la situation en donnant une nouvelle orientation à ses missions ; la juridiction prévôtale fut étendue aux civils et notamment la surveillance des...
tracking img