Histoire de la place de la femme en france (education)

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2228 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La place de la femme au sein de l’éducation en France

En France les filles ont pu accéder à la même éducation que les garçons seulement à partir du XX ème siècle. Effectivement, dans une ancienne France très attachée à la religion les jeunes filles étaient envoyées dans des institutions religieuse. Auparavant la place de la femme dans l’éducation était fortement marqué par les coutumesreligieuse. Aujourd’hui ce genre d’enseignement est secondaire. Nous exposerons l’évolution de l’éducation des filles en France la situation actuelle de celles-ci à l’aide de tableaux statistiques explicatif, on finira par évoquer le lien entre l’évolution de l’éducation et la religion.

Dans la France médiévale ont inculquait aux filles des principes tels que la vertu, la piété, et la bienséance.Geoffroi de La Tour Landry un noble du XIV ème siècle écrivit Livre pour l’enseignement de ses filles de 1371 à 1373. Le recueil est un manuel pour guider les jeunes filles nobles dans « le droit chemin. »

Durant la Renaissance, l’enseignement est essentiellement religieux. On apprend aux filles le catéchisme ainsi que les travaux domestiques dans le but qu’elles inculquent ces valeurschrétiennes à leurs enfants. La religion passe par la femme et se transmet de mère en fille. A cette époque, rares sont-elles celles qui sortent de cette éducation religieuse. Ces raisons nous montrent que la place de l’Eglise était très importante dans la vie des français, mais aussi que le rôle de la femme consistait uniquement à s’occuper de son mari et de ses enfants.

En 1523, le théologien etphilosophe Jean Louis de Vivès (photo 1) publie De l’institution de la femme chrétienne. Dans cette œuvre il est reconnu qu’il est indispensable de donner à la femme une éducation. La « pudicité » est indispensable pour Vivés, elle est la première vertu nécessaire à inculquer aux filles. Ensuite, il demande une certaine culture pour les former à leur futur rôle d’ épouse et de mère. Elles doiventsavoir être agréable avec leurs maris (par leurs charmes et leurs conversations), l’aider dans la gestions des affaires domestiques, et enseigner à leurs enfants des valeurs chrétiennes. Vivès dénonce la nécessité d’apporter aux femmes un enseignement à la lecture et à l’écriture cependant il n’exclut pas le travail que celles-ci doivent fournir à la maison. Il affirme que les écoles doivent être nonmixtes. Enfin au sujet de l’étude du latin il l’à recommande aux filles nobles qui s’y montrent aptes.



Statue de Jean Louis Vivès à Madrid (photo 1)

L’éducation des filles se déroule dans des couvents, seulement les filles nobles y ont accès. Elles étudient le catéchisme, la lecture et l’écriture. Ensuite les jeunes femmes décident de se marier ou bien de rester au couvent. Cette formed’enseignement cesse d’accroître du XVI ème au XVII ème siècle. Il y a aussi des écoles élémentaires, elles sont crées pour les filles de la noblesse pauvre et de la petite bourgeoisie rurale. La mixité de ces institutions à été remise en question par l’Eglise. Alors au court du XVII ème siècle elles se font de plus en plus rares.

Cependant on connait quelques rares intellectuelles françaises decette époque telles que, Marguerite de Navarre qui comprenait le latin et qui était polyglote . Elle est l’une des premières femmes de lettres françaises et est surnommée « la dixième des muses ». Marguerite de Valois (photo 2) parlait couramment le latin. A leurs époques ces deux femmes représentaient l’exemple féminin intellectuel.


Marguerite de Valois (photo 2)

Sous l’Ancien Régimec’est le début de l’essor de la femme, effectivement on reconnaît qu’elle à besoin d’avoir un plein accès à l’éducation. Le théologien et écrivain français Fénelon publie en 1682 sont Traité de l’éducation des filles. Il s’oppose aux idées sur l’éducation féminine du XVII ème siècle, il les contredit en affirmant qu’il ne suffit pas pour une femme de savoir gérer son ménage et obéir à son mari...
tracking img