Histoire de l'architecture dans la culture du projet

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 40 (9784 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Nous célébrions en 2008 le centenaire d’un article d’Adolph Loos, « Ornement et Crime », qui
peut marquer le début d’une aventure ou nous sommes encore, celle de l’Architecture Moderne
(AM™)1 et de ses avatars contemporains.
L’AM™ se signale, entre autres, par une volonté de rupture avec l’histoire de l’architecture. À
minima, il se délie de son passé immédiat, l’éclectisme architectural duXIXème siècle. De façon
plus radicale, certains tenants de l’AM™ veulent « du passé, faire table rase ». Le spectre de la
« table rase » a hanté la pratique architecturale, de 1910 à 1960.
Mais l’AM™ est, dès ses origines, rattrapé par l’histoire, de plusieurs façons :
• Pour se dégager de la période précédente, l’AM™ utilise certaines méthodes de la
période précédente, et en particulier, laréférence à de « bons exemples » antérieurs.
Simplement, ce ne sont pas les mêmes « bons exemples », ou ce n’est pas le même regard
sur les « bons exemples ». Adolph Loos préfère les maisons paysannes du XIXème siècle,
plutôt que ses palais. Le Corbusier admire les « châssis » romains, quand d’autres, avant lui,
ne voyaient que leurs « carrosseries »2.
• Pour valider son existence et asseoirson hégémonie sur le siècle, l’AM™ se
trouve des ancêtres respectables, il s’invente une généalogie comme un patricien romain
prétend descendre d’Enée. En 1933, Emil Kaufmann écrit « De Ledoux à Le Corbusier », il y
traite des « origine et développement de l'architecture autonome » en partant de trois
architectes de la fin du XVIIIème siècle : Ledoux, Boullée et Lequeu. En 1960, LeonardoBenevolo écrit une « Histoire de l’architecture moderne », considérée comme la fille légitime
de la révolution industrielle. En 1968, Nikolaus Pevsner écrit « Les sources de l'architecture
moderne et du design », qui annexe l’Art & Craft anglo-saxon, l’expressionisme allemand, le
modernisme catalan, l’art nouveau belge et français. Il faut lire ces ouvrages avec intérêt,
sans perdre de vue l’intérêtdes auteurs, ardents propagandistes de l’AM™ : ils écrivent
l’histoire en toute rigueur, mais insistent lourdement sur ce qui sert leur cause.
• Pour perpétuer sa geste héroïque après qu’il a triomphé, l’AM™ fait référence à sa
propre histoire. Fondé sur la table rase et la réinvention permanente, sur le refus de la copie,
il se copie lui-même à partir des années quarante du siècle dernier.• Pour surmonter ses crises, l’AM™ réintègre les pans d’histoire qu’il avait d’abord
rejetés, dans d’affligeantes cérémonies d’auto-flagellations, menées par le « Team Ten » des
années soixante, par le régionalisme critique italien et suisse, par le postmodernisme
américain et français, par l’historicisme des années soixante-dix.
1 Ainsi nommé ici en référence à un procédé littéraire utilisé pard’autres en d’autres circonstances, par économie, par abus de
langage et, peut-être, par dérision.
2 Le Corbusier, La leçon de Rome, in Vers une architecture, 1923
2
Au terme de si nombreuses conquêtes et de si nombreuses repentances, tout ce qui a été bâti
depuis le début de l’humanité a droit de cité dans la « culture du projet » contemporain. Nous
avons à dire en quels termes il y adroit.
Si on devait écrire l’histoire de l’architecture telle qu’elle sert aux architectes contemporains, il
faudrait, en toute rigueur, s’engager dans un processus régressif, qui prendrait pour origine la
pratique actuelle de l’architecture, et qui remonterait le temps, autant que de besoins actuels.
C’est ainsi qu’on fouille les ruines, des couches les plus récentes aux strates les plusprofondes. Á rebrousse temps, il faudrait systématiquement mettre les effets en avant des
causes. La fouille ferait fouillis…
Par soucis de clarté, ce cours de première année se contera de l’ordre chronologique, à partir
de la Renaissance, parce que c’est à partir d’elle que les architectes s’emparent consciemment
de l’histoire, comme matière première de leur travail. Chemin faisant, les...
tracking img