Histoire de l'architecture - egypte

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 79 (19515 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
EGYPTE

Aspects de l’architecture : stabilité et forme.
L’architecture encombre l’espace, elle est là en permanence d’où une grande responsabilité. La construction est d’abord utile puis esthétique. Les hommes créent l’architecture « inutile ». En effet, lorsque les hommes se sédentarisent ils veulent montrer leur présence avec les édifices mégalithiques, œuvres inutiles. Ce sont lesrésultats du travail d’une communauté.
L’architecture doit aussi tenir compte des saisons, des cycles (pour semer par exemple). Les premières sociétés sédentaires ont besoin d’un calendrier. Compter le temps (avec les astres) est la première invention scientifique. Ces monuments inutiles ont donc quand même une fonction utile.
Les bâtiments utiles, tels que les maisons d’habitation, sont trèsrudimentaires (les maisons d’Athènes sont en terre).
La révolution néolithique se fait avec le réchauffement climatique. : la glaciation recule, on n’est plus obligé de suivre les herbivores car la végétation est désormais quasi-permanente.
Ces sociétés ont pu s’apercevoir qu’il existe trois points essentiels pour assurer la survie sur le lieu de résidence :
- l’eau
- la terre féconde
- lesouci de sauvegarder, de protéger le territoire (défense)
Une mémoire collective se fixe mais elle reste très floue. Lorsqu’on apprend l’architecture à ses contemporains, cela se fait de maître à élève jusque dans le Moyen Age. La transmission suppose qu’on emmagasine ce savoir du moment qu’on possède l’écriture (différence entre la civilisation maya et aztèque par exemple). L’écriture est la plusgrande invention de l’intelligence humaine.
L’histoire de l’Egypte pharaonique par exemple existe grâce à la demande d’un des derniers Pharaons, Ptolémée, à un érudit, Maletone, d’écrire la succession des Pharaons d’Egypte. Ce dernier l’a fait sur les murs des temples. Après Djeser les inscriptions gravées disparaissent des murs du caveau royal.
On a accumulé dans la bibliothèque d’Alexandrieune masse d’ouvrages d’architecture et d’autres matières diverses et variées. Malheureusement beaucoup de ces ouvrages ont aujourd’hui disparu ou ont été perdus. On a cependant retrouvé un traité sur la poliorcétique, un système de défense, par Philon, spécialiste dans l’architecture militaire. Mais cet ouvrage n’est pas complet.
Il faut attendre 3000 ans après le début de l’histoire del’architecture pour trouver un ouvrage complet sur l’architecture avec le traité de Vitruve (architecte et ingénieur (il n’y avait pas de différence entre ces deux termes avant le 7-8ème siècle)) qui travaillait au service de Jules César. À cette époque il l’accompagne dans sa campagne en Ibérie (Espagne) afin de coloniser cette région. Le rôle de Vitruve est donc de construire des « villes » et surtoutdes machines de guerre. Après la mort de Jules César, Vitruve se met au service d’Auguste, son successeur. Il devient juste architecte et écrit un traité d’architecture (« Les dix livres d’architecture ») (il construit aussi une basilique). Destiné aux commanditaires, architectes et techniciens, son ouvrage contient l’histoire de l’architecture, des techniques et des conseils techniques. C’estdonc un bagage complet. Cependant les copistes du Moyen Age n’ont pas juger nécessaire à l’époque de reproduire les planches (=illustrations). Les planches réalisées par Vitruve ont donc été perdues. C’est dès la naissance de l’imprimerie (XVI-XVIIème siècle) qu’il apparaît comme un ouvrage indispensable pour l’architecture. On confie alors à des artistes le soin d’illustrer ce texte de Vitruve,mais ses illustrations originales ne sont pas représentées dans cette œuvre.
Vitruve a ce souci d’évoquer l’histoire de l’architecture mais dès l’invention de l’imprimerie qui permet de développer les connaissances, on va développer les histoires de l’humanité, intimement liées à celle de l’architecture. On décrit donc la genèse d’une cité : on décrit tout d’abord une population primitive...
tracking img