Histoire de l'islam et de l'europe

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 20 (4863 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’Europe et l’islam : quinze siècles d’histoire
Henry Laurens, John Tolan, Gilles Veinstein

Civilisation ou conquête

• La civilisation de l’Egypte
1804 : chef du contingent albanais Mehmet Ali a pris le pouvoir en Egypte, chassant les notables du Caire
1807 : chasse les Anglais et se fait reconnaître par les Européens et la Grande Porte, sous le nom de vice-roi
1811 : élimine lesMamelouks
La première préoccupation de Mehmet est de former une armée moderne. Il s’aide pour cela de conseillers européens. Cette armée est formée des Fallah, paysans de la vallée du Nil
1818 : L’EO a demandé à l’Egypte de les aider contre les wahhabites. Les villes saintes du Hedjaz lui appartiennent
1820-1822 : conquête du Soudan, il contrôle ainsi les rives de la mer Rouge
Mehmet Ali a recours àbeaucoup de conseillers français et italiens. Il ne leur donne aucun pouvoir, sauf s’ils se convertissent, comme le colonel Sève, Soliman Pacha
Il utilise la notion de civilisation pour faire de la propagande en Europe comme ceux-ci l’ont fait chez eux. Rapports culturels entre l’Europe et le monde islamique. A la fin des années 1820, le vice-roi envoie une mission scolaire égyptienne très bienreçus par les anciens de l’expédition et par les orientalistes comme Sylvestre de Sacy. Tahtawi écrira ensuite des ouvrages sur la civilisation. Selon lui, c’est l’union de la raison humaine avec science et technique et de la révélation divine qui produit des lois de conduite. Ainsi le concept de civilisation islamique est créé et sera celui des réformateurs postérieurs de l’islam.
L’Orientattire alors beaucoup les aventuriers européens comme Lawrence au début du XXe siècle, ou Burton qui se déguisera en pèlerin pour aller voir La Mecque, interdit aux non-musulmans.

• Les incertitudes du principe de nationalité : la Grèce

Dans les Balkans, de nombreuses migrations des parties arabes ont provoqué un clivage religieux aussi bien qu’un clivage social : les notables se sont viteconvertis à l’islamisme alors que des élites arrivaient du reste de l’Empire. Albanais et Bosniaques fournissaient beaucoup de cadres administratifs pour l’ensemble de l’Empire.
La situation tendue des Balkans a rendu les dirigeants locaux peu enclins à suivre les instructions de l’Empire. C’est pourquoi celui-ci remplaçait souvent les chefs morts par des fonctionnaires de la capitale alors qu’onproposait des postes administratifs à la famille des anciens dirigeants, mais dans d’autres parties du royaume. Ainsi, si l’Empire conservait son unité centralisatrice, il ne privilégiait pas les rapports entre les chefs et la population locale.

Une classe bourgeoise grecque s’est créée après que les Européens se sont désintéressés de la Méditerranée : ils ont repris le commerce, avec toute unemarine grecque sous pavillon ottoman. Cette bourgeoisie a été très sensible aux discours européens, en restant attachés à leur identité orthodoxe. Une renaissance culturelle est apparue surtout après que Napoléon avait essayé de soulever les Grecs contre l’EO, mariant les références aux gloires de l’Antiquité et la culture byzantine. Des sociétés secrètes se sont formées.
1820 : la Porte décide dedémettre de ses fonctions Ali Pacha. Celui-ci passe une alliance avec les sociétés secrètes, mais au bout d’un an de siège à Janina, Ali Pacha se rend et est exécuté
Le siège de Janina a provoqué le début de l’insurrection grecque qui s’est propagée. Cette insurrection prend vite l’aspect d’une guerre ethnique entre musulmans et chrétiens. Le patriarche de Constantinople est pendu, accusé desoutenir le soulèvement.
En Europe, le mouvement philhellène condamne les atrocités commises par les Musulmans.
L’EO arrive à reprendre la Grèce, sauf la Crête et la Morée.
1825 : Ibrahim Pacha, fils de Mehmet Ali reprend ces territoires
1826 : le sultan en profite pour supprimer les Janissaires et réformer l’armée
1826 : la guerre reprend contre les Russes : Nicolas I succède à son frère et...
tracking img