Histoire des arts, la place de la seigneurie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2378 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
l Piazza della signoria, Florence |
|
(recherche 2e trimestre) |
|
|
|

Sommaire :

Introduction

1. La loggia dei lazzi
a) L'enlèvement des sabines
b) Persée

2. Ensemble de sculptures devant le Palazzo Vecchio
a) La fontaine de Neptune
b) Cosme Ier
c) David / Hercule et Cacus

3. Le Palazzo Vecchio
+Autodafé de Girolamo SavonaroleSources

|

INTRODUCTION
* Cette place est le cœur politique de Florence, la plus vaste et la plus solennelle de la cité est l’une des plus célèbres d’Italie. Elle concentre des édifices civils de toute première importance ainsi que des œuvres de l’art et de l’histoire de la ville. Elle regroupe un certain nombre de sculpture, œuvres parmi lesplus grands : Michel-Ange, Donatello, Jean de Bologne et Cellini. Au travers des bâtiments et des sculptures, c’est toute l’histoire de Florence qui est représentée sur cette place.
En effet, c’est aujourd'hui une véritable galerie de sculptures. Les statues (ou leurs copies) commémorent de grands événements de l'histoire de la cité (souvent liés à la brève République florentine fondée par JérômeSavonarole qui périt brûlé sur cette place). Il se tenait sur cette place le "parlamento" (réunion du peuple) à l'appel de la cloche du Palazzo Vecchio, mais aussi les exécutions capitales.
Bordée d'un côté par la Loggia della Signoria (1376-1382) et de l'autre par le Palazzo Vecchio (1298-1314), c'est pour beaucoup la plus belle place de Florence. Stendhal écrivit d'ailleurs au sujet du PalaisVecchio "cette forteresse bâtie en 1298 par les dons volontaires des négociants... au milieu de la plus belle place de Florence".

* Dans nombre de cités italiennes, la vie municipale était dominée par l'évêque. Dans les villes soumises à Rome, en Ombrie, dans les marches, cathédrale, palais épiscopale et palais public s'élevaient sur la même place (Pérouse). Dans la plupart des citéstoscanes, place civique et place épiscopale se confondaient aussi (Volterra, Arezzo, San Gimignano). Trois villes importantes aménagèrent toutefois une place civique indépendante: Bologne, Sienne et Florence.
Jusque-là, la piazza n'était qu'un espace modeste. Ici s'élevait le quartier des Uberti, qui furent à la tête des Gibelins locaux. Aussi la défaite du parti impérial auquel ils étaient liéstombait-elle à pic, puisque les représailles comprenaient la destruction des maisons des exilés.
Parmi les épisodes les plus dramatiques dont cette place fut le témoin figure l’épopée de Jérôme Savonarole (1452-1498). Il y a d’ailleurs une plaque commémorative au sol, sur la place. C’est une plaque ronde en marbre, située à quelques mètres devant la fontaine de Neptune. Elle nous rappellel’histoire de Jérôme Savonarole, moine dominicain, pendu puis brulé en ce lieu en 1498. Il disait avoir reçu un appel de Dieu, et se devait de supprimé toute perversions sataniques (il perçait, par exemple, la langue des blasphémateurs, torturait les joueurs et chassa plusieurs Médicis), en effet, il tombe dans une démence qui le perdra. Le pape l’excommunie, le peuple se révolte et la sentence finit partombée. (cf page 18)

1. La loggia dei Lanzi
Un monument symbole.
Sur un dessin d'Orcagna, Benci di Cione et Francesco Talenti édifièrent de 1374 et 1382 la loggia dite "dell'Orcagna". Appelée plus tard Loggia "dei Lanzi" (abréviation du mot Lanzichenecchi (les "lansquenets"), qui désignait les hallebardiers de la garde de Cosme Ier e Médicis), elle abritait les assemblées destinées àironiser les gonfaloniers et les prieurs. De cette fonction lui est resté le nom de Loggia "dei Priori" qu'on lui attribua également avant le XVIe siècle. Ce fut longtemps le symbole de la démocratie florentine.
L'esprit de mécène des chefs de la commune, puis des Médicis, nous a laissé les statues qui ornent la place et celles de la Loggia des Lanzi. Une superbe galerie en plein air, faite...
tracking img