Histoire des forces politiques en france (1880-1940) de pierre levêque

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3007 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
FICHE DE LECTURE
« Histoire des forces politiques en France (1880-1940) » de Pierre Lévêque

Introduction : Le thème des mondes du travail requiert un détour réflexif par les forces politiques, qui sont à la fois l’expression de leurs acteurs (les rapports de production informent les organisations, et les travailleurs, selon leur secteur, leur situation dans ces rapports, s’identifient à desentités différentes) et les instruments de leur régulation (par la législation sociale comme par l’intervention directe sur ceux-ci, par des moyens divers, influence sur le syndicalisme, cellules d’entreprise,noyautage de comités censément étatiques). La politique est un domaine d’autant plus important dans l’étude des mondes du travail sur la période 1880-1940 que la concentration usinière,rendant visible les nouveaux rapports de production, leurs enjeux sociaux, leur conflictualité latente, se développe au moment où les problèmes qui animèrent la politique intérieure française au XIXe tendent à se résoudre (stabilité institutionnelle avec l’implantation durable de la république, statut de l’Église avec la laïcité de 1905…), favorisant ainsi une substitution de préoccupations. Au XXesiècle, la politique française est largement orientée vers le monde du travail, comme le monde du travail est lui-même traversé par les différents courants politiques, antagonistes et concurrents. L’ouvrage de Pierre Lévêque (spécialiste d’histoire politique et sociale) se fonde sur des études statistiques (composition sociologique des électorats, des organisations militantes) et textuelles(manifestes, textes de loi, œuvres idéologiques). Son propos, comme toute histoire politique, suit une chronologie dans l’analyse des mouvements, parallèlement étudiés, sans longue pause approfondissant une question donnée (la question sociale, par exemple) et envisageant transversalement la totalité des approches offertes par l’éventail idéologique. D’autre part, les interférences de la politique et dumonde du travail ne constituent qu’un angle de son ouvrage, dont certaines perspectives dépassent évidemment le cadre du programme. Il résulte de ces deux points que les exemples proposés sont à la fois concis et intégrés dans un cheminement démonstratif à la périphérie de notre sujet, ce qui limite leur polyvalence. Ils ne seront donc pas singularisés dans chaque partie, mais intégrés auxparagraphes. Après les avoir brièvement définies et situées, j’ai essayé de distinguer, pour chacune des grandes tendances politiques étudiées par Lévêque (radicalisme, socialisme, communisme, nationalisme) trois facteurs : la composition sociologique de son électorat (rapport entre la profession et l’orientation politique) le volet de son idéologie consacrée au monde du travail, et son influence directesur celui-ci (par les moyens déclinés ci-dessus). Le livre de Lévêque pourrait ainsi aider à traiter une dissertation, ou une partie de dissertation sur les thèmes de la conscience de classe, de la régulation de la condition ouvrière, de la culture ouvrière, du poids idéologique de l’artisanat, de la petite industrie et du commerce au XXe siècle, des représentations du travail… Plan : I) II) III)IV) Le radicalisme et les limites du réformisme démocratique : des ouvriers aux classes moyennes Une force politique enracinée dans les nouvelles formes du travail : le socialisme Socialisme et communisme : spécification sociologique et redéfinition des rapports au monde du travail Les droites nationalistes : le traditionalisme face aux nouvelles formes de l’économie et du travail

I-

Leradicalisme et les limites du réformisme démocratique : des ouvriers aux classes moyennes A) Identité et sociologie du parti radical

a) Origine du parti radical Le radicalisme naît du parti républicain à l’Assemblée nationale, dans les années 1870. L’ « union républicaine » de Léon Gambetta, aile gauche de celui-ci, est alors désignée comme radicale dans sa globalité. Après la victoire électorale...
tracking img