Histoire des institutions antiques

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 28 (6983 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Questions et réponses Histoire Institutions Antiques

1. Les caractéristiques des cités grecques :

En grec cité se traduit par « polis ». Trois éléments caractérisent une cité :
- le territoire
- la communauté des citoyens
- l’autonomie

En ce qui concerne l’assise territoriale = elle est bien souvent imposée par la géographie (elle est variable mais assez restreinte). Ainsi par exemplela cité d’Athènes s’étendait sur 26500km² ce qui correspond à la superficie du département du Rhône. Ce territoire s’ordonne autour d’un royaume urbain, avec une ville qui fait figure de capitale et qui comprend à son tour une citadelle, une grande place publique, un marché et toujours un temple consacré à la divinité protectrice de la cité. Egalement une cité peut comporter villages.
En cequi concerne la communauté des citoyens = les cités comportent une population réduite qui se résume à quelques milliers de citoyens. Il faut souligner le fait que tous ces citoyens ne participent pas à la vie politique de la cité (en effet, les esclaves, les femmes et les étrangers de la cité n’ont pas le droit). Cette communauté est unies par une solidarité affective, religieuse et par une mêmeloi.
- on parle de solidarité affective qui se traduit par un fort patriotisme (dans le cadre des jeux olympiques)
- on parle de solidarité religieuse qui se traduit par le fait que le culte pour la divinité protectrice lie les
citoyens entre eux.
- on parle de la loi car ce groupe de citoyens est uni par sa soumission à la volonté collective exprimée par
la loi.
En ce qui concernel’autonomie ou l’indépendance = chaque citée est très soucieuse de son indépendance politique. En effet elles ont leur propre organisations administratives, économiques et judiciaires.

2. Les étrangers en Grèce :

En temps de guerre il faut savoir que les étrangers n’avaient aucun droit. En temps de paix ils étaient aussi dans une situation précaire. Mais il faut opérer une distinction:

D’uncôté on a les étrangers établis dans la cité. Ils ont un statut inférieur des citoyens. On parle des Métèques à Athènes où ils détiennent une place importante dans le commerce.
D’un autre côté on retrouve les étrangers de passage. L’hospitalité se traduisait par le fait qu’un étranger devait être placé sous la protection d’un notable de la cité. Certains de ses notables vont se voir accorder le titrede « Proxène ». Les privilèges d’un étranger étaient octroyés soit par un traité conclu entre sa cité d’origine et la cité d’accueil soit par décision de la cité d’accueil.

3. L’évolution politique des cités grecques :

L'ère monarchique
Les cités grecques étaient originellement des monarchies, gouvernées donc, selon la Coutume par un monarque, le roi souvent assisté par le Conseil desAnciens. Quoique pour beaucoup d'entre elles, très petites, le terme de "roi" (basileus) semble quelque peu disproportionné. En fait, les cités sont de petits États indépendants (les Cités – États : 750 environ), abritant quelques centaines ou quelques milliers d’habitants, les citoyens qui forment le dêmos (le « peuple » en grec). Elles sont composées très simplement d'une ville, plus ou moinsfortifiée, et de sa campagne environnante.
L'ère aristocratique et tyrannique
Dans ce pays toujours à court de terres cultivables, le pouvoir appartient de fait à une petite poignée de propriétaires terriens, qui forment une classe guerrière aristocratique (ou oligarchique) se lançant fréquemment dans de petites guerres inter - cités, faisant et défaisant rapidement les monarchies en place.
Maisvers cette époque l'ascension d'une classe marchande (qu'illustre l'introduction de la monnaie vers 680) engendre une nouvelle sorte de conflits entre les grandes cités. Passé 650, l'aristocratie doit combattre pour n'être pas renversée et remplacée par des leaders populistes appelés tyrans. À remarquer que ce terme de (tyran- tyrranoï), n'a pas nécessairement le sens moderne de dictateur...
tracking img