Histoire des institutions

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 89 (22185 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
HI 01
Le 28-27 / 08-10 / 07

Partie I
Histoire des Institutions

[pic]

Chapitre I : Les institutions globales de l’Occident de la fin de l’antiquité grecque à l’époque franque

Paragraphe I : Les concepts de communautés supérieures en Occident pendant l’Antiquité grecque et romaine

Un État se caractérise par son indépendance. Les cités-États vont donc s’appuyer sur uneConstitution écrite qui va régler la vie de la cité.

❖ Patriotisme : Conscience d’appartenir à une communauté.

❖ Exclusion des barbares : Droit de vote imposé par les citoyens grecs.

Avec la volonté d’étendre cette communauté, les romains l’ont ainsi poussée jusqu’à l’empire romain. Les cités ont d’ailleurs joué un rôle majeur dans sa construction.
L’implantation de ces cités est uneidée importante gardée par les romains. Son développement aura pris du temps jusqu’à son apogée au IIe siècle et sa disparition en 495 après J.C. Ceci n’empêchant pas que la mise en place de cet empire ait été composée par un peuple et des territoires très disparates.
Globalement, les facteurs qui ont aidé à sa mise en place auront été :

❖ La reprise des idées grecques : Ce droit romains’applique uniquement aux citoyens romains.

❖ L’armée : Elle a repris l’intégration des romains dans l’empire et constitue un autre élément moteur dans la construction impériale (cf. Édit de Cattala => tout le monde peut-être membre à part entière).

L’empereur va asseoir son autorité en fondant son pouvoir sur le divin (= empereur de droit divin). Il a une double fonction :

❖Religieuse : Il est à la tête du clergé romain, c’est le chef des affaires religieuses.

❖ Politique : Il dispose de l’imperium qui lui permet de gouverner l’empire.

Mais comment désigne-t-on l’empereur ? A ce sujet, les romains n’ont pas vraiment réussi à trouver de solution. Normalement, l’empereur est élu par le Sénat mais il y aura toujours des pressions militaires ainsi que, de par la volontédes empereurs, des délires émanant des héritiers. Les femmes, elles, n’étaient pas autorisées à participer à la vie active. Ainsi, le droit romain est un code machiste d’où la place de la femme n’est guère favorable sous l’Antiquité et qui n’a donc pas permis l’évolution de son statut.

La pratique du complot et du meurtre (ex : assassinat de Jules César par son neveu appuyé par les Sénateurs)relève d’un double élément :

❖ La volonté d’éviter un empire héréditaire : Le Sénat n’y aurait plus de pouvoirs, ce qui reste à éviter.

❖ La complication du pouvoir politique : Pourquoi ne pas s’être opposé à Jules César par les lois, les règles par les cartes démocratiques ? Tout au long de l’Humanité romaine, son fonctionnement n’a pourtant pas toujours été démocratique bien qu’il aitparfois très bien marché.

Mais l’empereur s’est aussi appuyé sur l’administration impériale, très complexe et centralisée. Elle se compose de bureaux spécialisés qui avaient une correspondance avec les autres pays.
Au plan administratif, l’armée, qui est au départ une armée de citoyen, va passer à une armée de métier, ce qui va se traduire par une baisse de l’influence italienne surl’armée romaine. Au plan positif, elle permet un facteur d’intégration de nouveaux peuples dans cette civilisation impériale.
L’armée et l’administration vont s’appuyer sur le droit romain. On peut dire qu’à l’époque, c’est le « meilleur des droits » dans une approche française. Mais reste à savoir en quoi ça l’est. En effet, le droit romain se distingue de par :

❖ La vigueur de ses principes.❖ Sa construction rationnelle : Ce sont de grandes règles qui construisent un ensemble.

❖ L’ampleur et la pénétration du droit.

Cependant, cette approche a plutôt tendance à favoriser l’esclavage ainsi que le statut des hommes et enfants. Au départ, c’est pourtant un droit complet qui s’adresse aux citoyens de l’empire. La faute romaine se situe d’ailleurs bien là : jugé à...
tracking img