Histoire des relations internationales de 1890 à 1945

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 41 (10168 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les mutations des relations internationales

entre 1890 et 1945

À un siècle de distance, il est tentant, du point de vue de l'histoire de la mondialisation, de dresser un fort contraste entre une économie en croissance et transformation rapides dans le quart de siècle qui précède 1914, appuyée sur des échanges internationaux déjà très considérables, et une politique internationaleaussi routinière que cynique et finalement agressive, qui mit presque gratuitement fin aux grandes espérances de "Belle Epoque"[1] en la faisant sombrer dans l'horreur de la guerre des tranchées. Pareille vision n'est pas sans fondement, mais doit être au moins nuancée: les relations internationales d'avant 1914[2] surent intégrer -insuffisamment- certaines préoccupations du monde nouveau, et en cesens préparer l'avenir.
Quant à l'entre-deux guerres, il est souvent encore jugé avec une très grande injustice. De ce que le système international centré sur la Société des Nations (SDN) n'a "tenu" que deux petites décennies, qu'il se soit révélé impuissant face à Hitler, on déduit fréquemment sa débilité intrinsèque et définitive. C'est oublier, et que les années trente connurentpeut-être le contexte international le plus infernal de toute l'histoire, et que l'ONU, qui connut aussi (faut-il parler au passé?) d'interminables périodes de quasi-paralysie, ne fut pas pour grand chose dans le fait que les États-Unis et l'URSS ne se lancèrent finalement pas dans une Troisième Guerre mondiale: la bombe atomique (ou plutôt la terreur qu'elle inspirait) fut une garantie bien plus efficaceque tous les accords et organismes internationaux. En fait, à peu près tous les principes nouveaux sur lesquels on tente toujours de construire un ordre international moins dangereux, plus humain, furent posés dès l'après-Première Guerre mondiale, et pour certains bien avant 1914.

I — Triomphe et premiers craquements du "concert des puissances":

jusqu'en 1914

A/ Lesfondements du système

Le Congrès de Vienne, en 1815, avait mis en place un "concert des puissances" destiné à empêcher dorénavant toute déstabilisation de l'ordre européen par les ambitions excessives d'une d'entre elles (comme la France sous Napoléon Ier), et à régler des conflits locaux (guerres civiles ou internationales) toujours dangereux, car susceptibles d'extension du fait desalliances. Le système ne remettait pas en cause, en tout cas pour les grands États, les fondements de l'"ordre westphalien", issu des traités de Westphalie qui avaient en 1648 mis fin à la cruelle guerre de Trente Ans: souveraineté absolue de chaque État, reconnaissance mutuelle, abandon du rêve d'Empire, même fédératif, aux dimensions du continent. Il l'organisait cependant à une échelleinternationale, limitait dans une certaine mesure la souveraineté des petits et moyens États (d'où, en 1823, l'expédition française de "maintien de l'ordre" en Espagne), et entendait promouvoir des principes communs: hostilité aux principes de la Révolution française certes, mais aussi, sur pression de l'Angleterre, lutte contre la traite des Noirs — ce qui donna lieu à la première opération humanitaireinternationale de l'histoire; elle fut durable (plusieurs décennies) et de très grande ampleur.
La première mouture de ce nouvel ordre international fut la Sainte Alliance, si réactionnaire (l'Autriche du prince Metternich la dominait) que Londres résolut de s'écarter des affaires continentales, en veillant seulement à ce qu'aucune puissance ne puisse y devenir par trop hégémonique. Lesrévolutions de 1848 lui portèrent un coup fatal, et l'on revint en apparence à la liberté absolue des États, qui avait régné entre 1648 et 1815. Mais le principe d'un directoire informel des puissances européennes avait montré son efficacité, aussi y recourut-on en cas de crise grave. La première conférence de Berlin, qui annulait le traité de San Stefano (1878), par exemple, manifesta leur ingérence...
tracking img