histoire du capitalisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3947 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 avril 2014
Lire le document complet
Aperçu du document
Histoire du capitalisme de Michel BEAUD
L’irrésistible montée du capitalisme industriel (1800-1870)
Est mis en lumière le travail productif : celui qui va degager un surplus, moyen de produire à une échelle élargie.
Une logique capitaliste de production :une production d’une masse toujours plus grande de marchandises et une exploitation d’un nombre croissant de travailleurs ; accumulationvertigineuse de richesses, à un pôle, élargissement et aggravation de la misère, à l’autre. Cette logique s’impose avec de plus en plus de force à des secteurs de plus en plus larges de la société. Donc on a une double progression, de la richesse et de la pauvreté.
Une nouvelle génération de manufacturiers, de fabricants, de l’indutriels s’affirment et la bourgeoisie indutrielle constitue une couchesociale cohérente.
Est dénoncé l’inégalité.
Dès le début du siècle sont formulées deux visions utopiques : la vision libérale et le socialisme qui l’une et l’autre promettent le bonheur de chacun dans un monde harmonieux. Selon l’« utopie » libérale avec la loi de l’offre et de la demande en concurrence pure et parfaite, on assure l’équilibre éco et l’équilibre entre les classes de la société(propriétaires foncières, posseseurs des capitaux et travailleurs), une libre initiative et un libre jeu de marché. Ainsi, face à elle se dépolie l’utopie socialiste (le bonheur humain est assuré par une organisation adéquate de la socété).
L’une des bases idéologiques de la pensée éco était : produire c’est accroitre l’utilité, et 3 facteurs de productions s’occurent : travail, capital, terreL’industrie mécanisée provoque une extension du mode de production capitaliste. C’est une prolongation du mouvement engagé en Angleterre, mais cette fois on a connu une industrialisation capitaliste à l’échelle mondialle opérée en trois flux succésifs : 1789-1880, 1880-1950 et flux du notre jours. Pour le premier flux ont eu du poids trois industries qualifiées de motrices : industrie textile,métallurgique et la production des matériels pour les chemins de fer.
Le capitalisme augmente son ampleur grâce aux moteurs à vapeur, à la mise au travail d’une main-d’œuvre abondante, peu coûteuse, au chemin de fer, au télégraphe, à la dimension mondiale des échanges.
Ce développement industriel accentue la rupture par rapport à la production agricole.
Se met en place une nouvelle structure declasses.
Avec l’exod agricole, auquel il faut ajouter un flux d’artisans ruinés, on soucite une formation de la masse de main d’œuvre misérable et disponible qui s’accumule dans le villes dans lesquelles se développent les activités industrielles. Donc on a connu une urbanisation et une salarisation.
Hétérogénéité de la classe ouvrière
En Grande Bretagne se développe le factory system, mais aussi lesweating system, nouvelle forme de travail à domicile qui est un prolongement du travail de fabrique réelisé par les familles pauvres
En France , le monde de la production artisanale et industrielle est aussi d’une grande diversité : artisanat traditionnel, familles paysans fabriquant à domicile, main-d’œuvre déqualifiée des fabriques mécanisés
Constitution d’une classe ouvrière et l’ascensiond’une nouvelle classe dirigeante
Dans les années 1860-1870, la bourgeoisie ne s’est réellement imposée comme classe dominante qu’en Grande-Bretagne. En France, en Allemagne, Etats-Unis elle se heurte encore avec l’ancienne classe dirigeante et se développe avec le soutien de l’Etat.

Au XIX siècle l’Angleterre est la premère puissance marchande et le premier empire colonial grâce à l’expansioncoloniale et au commerce maritime. Elle est engagée dans la logique de la spécialisation et de la division internationale du travail, étant un véritable « atelier du monde ».
En France, comme en Grande-Bretagne et dans tous les pays d’Europe et d’Amérique, à côté de l’industrialisation capitaliste du XIX siècle c’est développe une très dure exploitation des masses ouvriers : longues...
tracking img