Histoire du théâtre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1426 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 mai 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Dans l'ANTIQUITÉ

Dans l'Antiquité grecque, rôle très important de la tragédie : valeur sociale et religieuse (liée au culte de Dionysos). Un choeur célébrait ce dieu en évoluant autour de son autel. Avec la présence d'acteurs apparurent les dialogues, introduits par Eschyle.
Le poète dramatique est reconnu dans la cité ; nombreux concours à l'issue desquels le gagnant est très valorisé.Public nombreux et populaire (gratuité des places pour les plus démunis). La représentation se déroule dans une théâtre en demi-cercle à ciel ouvert, qui contient jusqu'à 20000 places.
Sujets des pièces : les grands mythes : chacun connaît le sujet traité (donc aucune difficulté à suivre le déroulement de la pièce) : rôle cathartique du théâtre mis en avant.
Existence de la comédie (Aristophane)moins prestigieuse toutefois que la tragédie. Une pièce comporte bien sûr un texte dit par un ou plusieurs acteurs, mais aussi de la musique et de la danse. Le geste théâtral a en général une valeur symbolique. Rôle important des masques. Les acteurs déclament, avec un lourd costume, des chaussures qui les grandissent.
Quelques grands noms : Eschyle, Sophocle, Euripide, Aristophane ; Térence, Plaute; un théoricien très important pour le théâtre classique français : Aristote.
Définition du théâtre selon lui : "l'imitation d'une action de caractère élevé et complète, faite par des personnages en action et non au moyen d'un récit, et qui, suscitant pitié et crainte, opère la purgation (catharsis) propre à de pareilles émotions".

Au MOYEN-ÂGE

Théâtre religieux (les mystères) et théâtreprofane (la farce). La farce n'a pas de prétention psychologique : caricature, jeux de scène et jeux de mots. Personnages types (valet rusé, soldat fanfaron, avare...).

AU XVIIème SIECLE (Classicisme)

Siècle du classicisme (Molière, Corneille, Racine) : élaboration des règles de la tragédie classique, avec comme référence principale Aristote.
L'héritage grec et romain fournit les sujets,mythiques ou historiques. Les thèmes traités : la révolte, l'opposition à des forces adverses, la fatalité. Ces sujets permettent de présenter et d'illustrer des problèmes contemporains.
Structure type : trois ou cinq actes, séparés par des entractes. À l'intérieur d'un acte, découpage en scènes (entrée ou sortie d'un ou plusieurs personnages) : les scènes doivent être liées entre elles pour évitertoute rupture de l'action.
Obligation d'une unité de temps (une journée), de lieu (un palais, un carrefour, une place), d'action (une seule action principale) et de ton (pas de mélange comique-tragique).
Définition de la tragédie : l'action est placée sous le signe du destin (fatum en latin) qui dépasse l'homme : il est inéluctable et sacré. C'est une fatalité extérieure (éléments extérieurs) ouintérieure (combat intérieur du héros). Le destin se joue du héros pour mieux le prendre au piège : c'est l'ironie tragique. Le héros lutte contre la force du destin : confrontation tragique parce que l'issue en est en général la mort, qu'elle soit acceptée ou subie.
Le héros est enfermé dans un dilemme : deux exigences contradictoires dont il est obligé de choisir l'une. C'est cette obligationde choisir qui fait sa grandeur. Le héros a conscience du pouvoir du destin; Exemple : Oreste : "Je me livre en aveugle au destin qui m'entraîne" (Andromaque).
L'action se situe dans le passé (mythologie, Antiquité, Bible)
L'acte I est l'exposition, dans laquelle le noeud (problème, conflit) est présenté; les trois suivants font progresser l'action dramatique.Le dernier acte est en général celuide la catastrophe et du dénouement : la crise s'achève violemment, en général par la mort du héros.
L'action doit être simple et noble, la langue poétique et magestueuse.
La grandeur du héros impose la noblesse du ton : une tragédie est écrite en alexandrins.
Le respect des bienséances interdit de représenter des scènes choquantes, en particulier des meurtres ou des suicides : ceux-ci ont...