Histoire et sociologie de la maladie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3006 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
HISTOIRE ET SOCIOLOGIE DE LA MALADIE

[pic]

Chaque époque se trouve confrontée à ce qu’elle considère comme une grande maladie
- la peste et en particulier la grande peste noire du 14ème siècle
- la syphilis (fin 15ème, début 16ème)
- la lèpre au Moyen Age sous forme endémique
- le choléra de 1832
- la tuberculose dans la seconde moitié du 20ème siècle- et bien sûr le SIDA à notre époque

Quelles représentations sociales de ces maladies ?Quels facteurs explicatifs ?Quelle étiologie ?

Les deux systèmes d’interprétation de FOSTER :

- the personalistic medical systems : la maladie est attribuée à une personnalité humaine ou surnaturelle : ancêtre, humain, esprit, Dieu… La responsabilité de la maladie est le fait d’une volontéextérieure. Elle frappe comme un malheur ou une faute à expier.

- the naturalistic medical systems : la maladie trouve sa cause dans des facteurs naturels :le froid, l’humidité d’abord, puis les microbes ou les virus dans une approche plus scientifique.

… mais il serait beaucoup trop simple de succomber à la tentation d’attribuer l’un ou l’autre de ces systèmes d’interprétation à une époquedonnée ou à une société particulière !(par exemple réserver l’explication religieuse ou surnaturelle à l’Afrique des marabouts ou aux temps soi-disant obscurs du Moyen-âge et admettre d’emblée l’explication plus scientifique dans nos sociétés occidentales modernes et évoluées du 21ème siècle…)
On sait bien que les deux systèmes d’interprétation coexistent aujourd’hui pour le SIDA (faute morale, nonrespect des dogmes religieux ou de la prétendue normalité sexuelle ( punition )

Un bref aperçu historique nous permettra de discerner des permanences, mais aussi des différences et des évolutions, voire des renversements tant en ce qui concerne les représentations des causes de la maladie que celles de leur réalité.

I) LE TEMPS DES PESTES : XIVème et XVème siècles
II) LE CHOLERAParis 1832
III) LA TUBERCULOSE ET LE ROMANTISME : XIXème
IV) LA SYPHILIS : XVème, XVIème siècles

I) LE TEMPS DES PESTES : la grande peste noire de 1348

En 1347, les Mongols qui assiègent le comptoir génois de Caffa (sur la Mer Noire) en sont atteints et utilisent les cadavres de pestiférés comme munitions, comme une véritable « arme bactériologique » qui contamine lesmarchands génois de Caffa qui vont ensuite répandre la peste à Constantinople, puis Gênes, puis Florence en 1348.
C’est ensuite la Provence, le Languedoc puis l’Espagne, la France, et toute l’Europe occidentale puis l’Europe orientale en 1850 qui sont touchées…

[pic]

On estime la mortalité entre 20 et 50% de la population européenne selon les régions, ce qui est tout à fait considérable et aura desrépercussions économiques, politiques et monétaires en Europe très importantes .

A) EXPLICATIONS

La peste à Florence (1348)
On était déjà parvenu en l'année 1348 de la féconde incarnation du fils de Dieu, quand la cité de Florence, noble entre les plus fameuses d'Italie, fut en proie à l'épidémie mortelle. Que la peste fût l'œuvre des influences astrales ou le résultat de nosiniquités, et que Dieu, dans sa juste colère, l'eût précipitée sur les hommes en punition de nos crimes, toujours est-il qu'elle s'était déclarée, quelques années avant, dans les pays d'Orient, où elle avait entraîné la perte d'une quantité innombrable de vies humaines. Puis, sans arrêt, gagnant de proche en proche, elle s'était pour nos malheurs propagée vers l'Occident. Toute mesure de prophylaxies'avéra sans effet. Les agents spécialement préposés eurent beau nettoyer la ville des monceaux d'ordures. On eut beau interdire l'entrée de la ville à tout malade et multiplier les prescriptions d'hygiène. On eut beau recourir, mille fois plutôt qu'une, aux suppliques et prières qui sont d'usage dans les processions, et à celles d'un autre genre dont les dévots s'acquittent envers Dieu. Rien n'y...
tracking img