Histoire politique de la france

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 46 (11369 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Plan cours : Histoire politique de la France

Chapitre 1 : La règle du jeu : Les constitutions du 20e siècle

I. La constitution de la 3e République

A. Contexte de mise en place
B. Les lois constitutionnelles de 1875
C. La crise du 16 mai
1. 16 mai 1877
2. Révision de la IIIe République
D. La conséquence de la IIIeRépublique

II. Le régime de vichy
A. Le contexte
1. La mise en place du gouvernement de Vichy
2. Les idées de Pétain
B. Le contenu des textes
1. Régime provisoire
2. Le projet de constitution

III. La constitution de la IVe République
A. Le contexte
B. Le contenu
C. Pratique etrévision
1. Instabilité gouvernementale
2. Révision de la constitution

Chapitre 2 : Les partis politiques

I. Les partis de gauches
A. Le parti radical
1. Les origines
2. Les idées
3. Les difficultés du parti radical au 20e siècle
B. Les socialismes
1. Les idées
2. Lesconséquence de la Révolution Russe
3. Rassemblement socialiste
C. MRP
II. Les partis de droite
A. La permanence de force de droite
B. L’extrême droite
Chapitre 1 : La règle du jeu : les constitutions du 20e siècle

I. La constitution de la IIIe République
A. Contexte de mise en place
(1875- 1940)
Avant 1870, régime de droitenationaliste, le second empire. Au cours de la guerre de 1870, les opérations militaires aboutissent à la défaite et à la capture de l'empereur Napoléon III à Sedan. L'opposition parlementaire, surtout républicaine, menée par Léon Gambetta parvient à mettre en place un gouvernement provisoire, dit de la Défense nationale. Ils proclament la République le 4 septembre.
Les élections amènent une majoritémonarchiste à l'assemblée. Les Français, lassés de la guerre ou inquiets de la voir se rapprocher de leur région, toujours méfiants vis-à-vis des troubles parisiens, préfèrent voter pour les tenants de la paix sans condition, c'est-à-dire les listes conservatrices.
Ayant capitulé sans être vaincue, la ville de Paris admet mal les choix de la nouvelle assemblée. La révolte éclate lorsque Thierstente de confisquer les canons de la Garde nationale le 18 mars 1871. Le parti de l’extrême gauche provoque le soulèvement pensant qui s’agit de la révolution prolétarienne décrite par Marx.
D’abord, en fait, le pays est en république depuis le 24 septembre 1870, et il ne parait guère disposé à changer de régime. Ensuite, il y a l’opposition de Thiers, orléaniste en 1870, il est devenu partisan d’unerépublique dont il est le président (le titre lui a été attribué officiellement en 08/1871, après la répression de la Commune). L’assemblé va donc l’éliminer peu à peu. Pendant deux ans, elle limite ses pouvoirs, son droit de participer aux discussions parlementaires, qu’il domine par son talent. Mis en minorité par les députés, il démissionna le 24/05/1873.
Le maréchal de Mac Mahon, vieuxsoldat loyal et monarchiste, fut immédiatement élu pour le remplacer. Les abords du trône étaient libres : il restait à trouver le monarque qu’on allait y installer. Or, pour un seul trône, il y avait deux rois rivaux : le descendant de Charles X, le comte de Chambord Henri d'Artois, duc de Bordeaux et celui de Louis Philippe, le comte de Paris Philippe d'Orléans. Après de laborieux pourparlers,légitimistes et orléanistes réussirent une fusion c'est-à-dire l’union autour du comte de Chambord, cette fois, la France était à deux doigts de la monarchie.
Le prétendant lui-même la fit échouer, par son intransigeance sur la question du drapeau (il veut un drapeau blanc et non tricolore). Désemparée, la majorité royaliste de l’Assemblé se retranche dans une dernière position : elle prolonge pour...
tracking img