Histoire d'imagination de français ayant pour sujet : les monstres

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1110 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Monstres en tous genres :
La crise économique

______________________________________

______________________________________


Il vint un jour sombre pour l’humanité où certaines personnes ont créé une créature qui engendra des dégâts incommensurables.

Octobre 2008, New York. Le Conseil de l’économie Nord-Américaine s’est réuni à Wall Street, suite à des incidents financiersimportants. Personne ne voulait le croire, mais le monde était bel et bien tombé dans une période de crise économique. Certains déclarèrent qu’elle n’allait pas durer, que c’était juste une histoire de quelques semaines tout au plus, tandis que d’autres affirmaient qu’elle serait encore plus importante et plus dévastatrice que la crise des années 1930. Malheureusement, plus rien ne pouvait l’arrêter, pasmême les gouvernements, ni les experts qui essayaient tant bien que mal de trouver une solution. C’est alors qu’un membre du conseil, nommé William, eut une idée. Selon lui, la meilleure solution serait d’entreprendre la création de billets supplémentaires puis de les distribuer aux plus grandes banques américaines. Le conseil pensa que cette idée était une plaisanterie, beaucoup rirent etcertains ne pouvaient s’empêcher de rappeler à l’ordre le plaisantin sur le fait que cette situation dans laquelle le monde était situé était critique, et qu’il n’y avait pas lieu de s’amuser à ce sujet. Pourtant, ce William demanda au juge un vote à bulletin secret. Le juge ne voyait aucune raison de refuser, étant certain que cette idée n’allait évidemment pas être soutenu par le reste du conseil. Levote se déroula donc dans la journée, le dépouillement eu lieu le soir même, et, à la surprise générale, le vote passa. Le conseil cria au scandale, au trucage, demanda même l’annulation de ce projet jugé puérilement comme stupide, mais c’était impossible, et ce n’est que quelques jours plus tard que la fabrication de nouveaux billets débuta.

C’est dans une usine de la banlieue New-Yorkaiseque la mise en place de ce projet se déroula. Les banques furent rapidement sélectionnées, il ne manquait plus que les billets. Ces derniers étaient pourtant en cours de fabrication, mais c’était extrêmement long, alors que la crise devenait de plus en plus importante chaque jour. C’est alors que William ordonna aux ouvriers responsables de la fabrication des billets de faire en sorte que lesbillets soient produits plus rapidement. Ils décidèrent donc d’augmenter la vitesse de production des machines, et les laissèrent tourner toute la nuit.
C’est donc dans la nuit, que se produis un évènement inattendu : l’usine explosa. Des dizaines, des centaines de secouristes, de pompiers accoururent aux décombres, mais il était trop tard. Il ne restait de l’usine qu’un tas de ruines, et une massephénoménale de billets, dans un état miraculeusement impeccable. C’est alors que cette montagne de billets de dollars s’élança, s’éleva vers le ciel. Cette montagne formait à présent une créature, un monstre.

Cette créature était d’une taille gigantesque, ses yeux, qui laissaient penser au signe du dollar, étaient avides de son précieux nectar qui lui faisait faire les pires choses, l’argent. Lereste de son corps laissait penser au corps humain, mais était constitué seulement de billets. Il se dirigea vers le lieu où sa création fut décidée : Wall Street. Il y croisa un nombre important de banques, qu’il vida de tout argent, et il ne cessait de grandir, de s’imposer, son désir envers l’argent ne cessait d’augmenter. Il se déplaça dans chaque ville importante des Etats-Unis : LosAngeles, Washington, Las Vegas, San Diego… La liste était infinie. Chaque banque fut vidée de tout argent, malgré l‘intervention constante mais inutile de l‘armée, et, en quelques jours, après avoir ruiné entièrement les Etats-Unis, il s’empressa de s’en prendre à un autre pôle économique majeur : l’Europe. Le vaste océan Atlantique ne fut pourtant pas un obstacle à l’avidité de Krach, Krach étant le...