Histoire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1309 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Devoir d’ECJS. 04/02/2011

La Laïcité en France

Préparée par Aude Lafrance, Nebrace Moubarak, Ikram Elmi Ersi, Lynda Zacaris, et Gabrielle Simonet

Introduction : Qu’est-ce que la laïcité ? Ce terme renferme un double sens. En effet, le mot laïcité désigne la cohabitation de toutes lescroyances d’une part et une forme de croyance à l’exclusion de toutes les autres d’autre part.
Le premier sens est celui de la laïcité politique. La laïcité, c’est la liberté de conscience, la liberté des hommes et des femmes à une religion ou à des convictions philosophiques. L’Etat doit être libre d’élaborer des normes collectives sans qu’une religion ou une conviction particulière domine lepouvoir et les institutions publiques. La laïcité suppose donc une séparation des Eglises et de l’Etat et la neutralité de l’école publique en est une conséquence. Un état laïc est une démocratie qui permet la liberté des cultes sauf lorsqu’ils entravent l’ordre public. L’objectif de la laïcité politique est d’assurer la primauté de la loi civile sur la loi religieuse. Cela nécessite donc que l’Etatassure un traitement impartial de tous les citoyens indépendamment de leurs convictions religieuses ou philosophiques. En second lieu, la laïcité philosophique refuse le pouvoir de la religion qui désapproprie les sociétés sur leur organisation et leur pouvoir.

Laïcité et religion chrétienne sont deux valeurs qui après avoir été longtemps opposées en France et en Europe, semblent aujourd’hui êtreréconciliées. Cependant une religion d’introduction récente en France, l’Islam, semble relancer le débat sur la laïcité.
Nous examinerons successivement ce qu’est la laïcité française puis la diffusion de la religion musulmane en France et enfin les problèmes soulevés par la confrontation de ces deux valeurs.

I) L’Histoire de la laïcité en France : une valeur républicaine qui a mislongtemps à s’imposer.

Avant la Révolution française de 1789, la France n’était pas un débat laïc. L’Etat et la religion catholique étaient intimement liés. Le roi était sacré par l’Eglise catholique et il jurait de la défendre. Les autres religions comme le protestantisme et le judaïsme qui existaient en France étaient illégales et pouvaient subir des persécutions comme par exemple lesdragonnades contre les protestants pendant le règne de Louis XIV. Il n’y avait donc ni liberté de conscience ni liberté de culte. Depuis l’ordonnance royale de Villers-Cotterêts de 1539, l’état civil était tenu par l’Eglise catholique (registres de baptême, de mariages et de décès) si bien que les non catholiques n’avaient pas d’état civil. S’appuyant sur les idées des philosophes des Lumières commeVoltaire, les révolutionnaires français décidèrent d’installer en France la liberté de conscience et de culte des 1789. Cependant, la Révolution a permis la liberté de culte mais la religion est restée sous le contrôle de l’Etat, son enseignement était obligatoire dans les écoles et les curés, les pasteurs et les rabbins étaient des fonctionnaires de l’Etat. Mais les partisans de la laïcité, aupouvoir au début du XXe siècle finirent par imposer non sans oppositions, le principe de séparation de l’Eglise et de l’Etat.
Depuis 1905, grâce à une loi appelée « loi 1905 », l’Etat ne doit plus se mêler de religions qui sont considérées comme du domaine privé.

En France, la laïcité semblait donc être enfin admise par tous. Toutefois, le débat sur la laïcité a été ranimé récemment à 2reprises : dans les années 80 où les socialistes voulant diminuer le poids de l’enseignement privé, essentiellement catholique, a supprimé les subventions à ces établissement et des années 90 avec des musulmans à propos du port du foulard islamique.

II) La diffusion récente de la religion musulmane en France.

L’Islam, religion des musulmans, est une religion récente en France....
tracking img