Histoire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2218 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 mars 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
L’information et la communication ont toujours été des vecteurs de pouvoirs dominants, de pouvoirs alternatifs, de résistances et de changements sociaux. L’emprise sur l’esprit des gens – que la communication favorise – est un enjeu fondamental. C’est seulement en façonnant la pensée des peuples que les pouvoirs se constituent en sociétés et que les sociétés évoluent, changent.

La répressionphysique ou mentale est certes une dimension importante du pouvoir dominant, mais, si un peuple modifie radicalement sa vision des choses, s’il pense autrement et par lui-même, il n’est pas de pouvoir qui puisse s’y opposer.

Torturer un corps est bien moins efficace que façonner un esprit. Voilà pourquoi la communication est la pierre de touche de la puissance. La pensée collective (qui n’estpas la somme des pensées individuelles en interaction, mais une pensée qui absorbe et diffuse tout dans l’ensemble de la société) s’élabore dans le champ de la communication. En effet, c’est de ce dernier champ que viennent les images, les informations, les opinions, et c’est par le biais de mécanismes communicationnels que l’expérience est diffusée et transmise à un niveau collectif.

Tout celas’applique avec plus de force à nos sociétés, que les réseaux de communication traversent à tous les niveaux, du global au local et du local au global. En conséquence, les relations au pouvoir dominant, élément constituant de toute société et déterminant ses évolutions, sont de plus en plus élaborées dans la sphère de la communication.

Dans la société contemporaine, la politique revêtimmédiatement une dimension médiatique. La matière du système politique et même les décisions qui en émanent constituent une scène pour les médias, qui cherchent à obtenir le soutien des citoyens ou, au moins, à atténuer leur hostilité.

Cela ne signifie pas que le pouvoir se trouve inconditionnellement aux mains des médias, ni que le public se détermine en fonction de ce que ceux-ci leur suggèrent. Lesrecherches en communication ont montré depuis longtemps à quel point le public est actif et non passif.

Par ailleurs, les médias ont, en interne, des systèmes de contrôle de leur capacité à influencer le public. Ils sont avant tout des entreprises soumises à des impératifs de rentabilité, et doivent faire de l’audience ou étendre leur diffusion. Ils sont en général diversifiés, compétitifs, etdoivent rester aussi crédibles que leurs concurrents. Ils s’imposent souvent d’autres contraintes, en termes d’éthique professionnelle ou journalistique (médiateurs, comités d’éthique, etc.). Un média n’est donc pas simplement voué à la torsion ou à la manipulation de l’information.

Il nous faut cependant centrer notre attention sur deux tendances. D’une part, le journalisme militant, engagé, lemédia comme outil idéologique. Longtemps, cela fut considéré comme un handicap faisant perdre au média ses qualités d’«objectivité», et donc ses acheteurs. Ainsi, les journaux qui se présentent comme «organes de parti» ont pratiquement tous disparu ou connaissent de graves crises de diffusion. Mais les choses paraissent avoir changé; le militantisme ou l’engagement idéologique peut devenir un modèlefort rentable. Par exemple, Fox News, l’une des principales chaînes de télévision des Etats-Unis (filiale de News Corp qui appartient à M. Rupert Murdoch), a conquis une part importante de l’audience conservatrice américaine en soutenant sans le moindre souci d’objectivité les thèses des néoconservateurs favorables à l’invasion de l’Irak en 2003.

La seconde tendance, observable aujourd’hui,réside dans la perte d’autonomie des journalistes professionnels par rapport à leurs employeurs. C’est là que se joue une grande part du jeu complexe des manipulations médiatiques.

Une étude a tenté d’expliquer que, à la mi-2004, 40% des Américains (1) croyaient encore que M. Saddam Hussein et Al-Qaida travaillaient main dans la main et qu’il y avait des armes de destruction massive en Irak....
tracking img