Historique profession infirmiere

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1929 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Histoire de la profession d'infirmier

A l'antiquité : Une grande place accordée aux thérapies magiques (sorcier qui chasse l'esprit du mal). Début de la maîtrise des plantes 3000 av. J.-C. : début des civilisations au Moyen-Orient, Asie, Égypte, Méditerranée représentation religieuse ou superstitieuse de la maladie et des soins Les Grecs accordaient une grande importance à la santé et à labeauté des corps. Hippocrate (cinquième sept av. J.-C) constitue une médecine rationnelle et humaine. Il fallait trouver une cause à toute maladie Serment d'Hippocrate 3 siècles av. J.-C. en Inde : première description d'un rôle infirmier Le christianisme a influencé par la suite des soins infirmiers, ils sont devenus un devoir religieux. Sous l'impulsion des évêques apparaissent des maisons quiaccueillent les malades, les vieillards, les orphelins. II. Du moyen-âge à la révolution. Les évêques réservent des parties de leur église aux plus pauvres et au plus démunis. 500 à 600 après J.-C. : naissance des hôtels-Dieu (ou Maisons de Dieu, dans les grandes villes) 540 après J.-C. : Hôtel-Dieu de Lyon 650 après J.-C. : Hôtel-Dieu de Paris Soins d'entretien de la vie, de confort, c'étaitl'activité principale des femmes qui n'avaient aucune formation L'origine des infirmières en tant que groupe social est apparentée à celle des ordres religieux (ex. Augustines de l'Hôtel-Dieu) Après les grandes épidémies : création de la fondation hospitalière, créée par les rois, seigneur, évêques, bourgeois (ex. léproserie, ou hôpital des quinze vingt créées pour les Parisiens privés de la vue) Lafonction soignante est repérée et organisée dans la société avec l'apparition du mot "Enfermier" en 1398, lui-même dérivé du mot "Enfermerie" (1298). Cela désigne la personne qui soigne ses consœurs malades, l'appellation est devenue courante vers le XVIème siècle. Fonctions : soins courants, laver, réconforter, nourrir, éduquer Les diagnostics : traitement, aspect de la langue, des urines. L'acte desoigner était totalement bénévole, l'infirmière est prise en charge par la structure qui l'emploie, le soin n'a aucune valeur économique c'est une valeur culturelle. On se rend compte que l'acte de charité ne suffit plus, le soin requiert des compétences et des formes d'organisation. Saint-Vincent-de-Paul en 1633 créée la compagnie des filles de la charité qui sont recrutées à partir de critèresd'ordre moral : jeunes filles de moins de 28 ans, avec une réputation irréprochable, une santé robuste et de familles respectables. Il fait des recommandations qui font référence aux besoins de la personne. Il incitait les sœurs à avoir une fonction de conseil et d'éducation : première forme de formation. Les soins les plus techniques étaient donnés par des élèves en chirurgie car les sœurs nesavaient pas lire, les femmes n'avaient à l'époque pas accès à la médecine Première école à Paris mais sans succès car la formation était abandonnée par les sœurs. III. De la révolution française à 1850. 1789 : Naissance de l'hôpital laïc. loi du 6 novembre 1790, elle met un terme au recrutement des ordres religieux mais ils gardent leurs fonctions en 1847 le nombre de religieuse était de 7600 alorsque celui des infirmières était de 4000 En 1842 : renouveau protestantiste : communauté des Diaconesses de Reuilly, fondée par Antoine Verneuil (pasteur) qui dispense des cours et des stages Les pratiques soignantes commencent à évoluer. Les religieuses occupent plutôt la place de gardes-malades. Elles doivent posséder des qualités essentielles pour entourer, aider et écouter les malades. Lamédecine a progressé au cours de ces années. Bichât qui inaugure des cours d'anatomie avec dissection en 1797. Il fait un premier classement de maladie résultant d'observation externe, vérifié par dissection. Il publie en 1800 le "traité des membranes", base de l'anatomie physiologie. Laennec invente stéthoscope IV. Seconde partie du XIX et début du XX siècle L'état des hôpitaux de 1850 à 1900 est très...
tracking img