Hitler, essai sur le charisme en politique, ian kershaw

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3600 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction

Dans cet ouvrage, Ian Kershaw cherche à élucider les caractères exceptionnels de l'Etat nazi. Pour cela, il décide d'emblée de s'écarter des éclairages « Fascistes », « Totalitaristes », et « Hitléristes » qui, selon lui, n'arrivent à intégrer l'entité de l'objet étudié dans leurs analyses. Ainsi, se propose-t-il d'étudier « le pouvoir charismatique » de Hitler en s'appuyant surla vision de la société sur Hitler, sur les circonstances de son arrivée au pouvoir et sur la concentration d'un pouvoir immense entre ses mains : le concept de « charisme » présentant l'avantage d'étudier la représentation d'un individu et non ses qualités inhérentes ainsi que la vision qu'à le chef de la nature de son pouvoir et du contrat implicite le liant à ceux qui le lui ont attribué ; « lacommunauté charismatique ». Remodelant le concept weberien, Kershaw voit dans le charisme « le substrat du pouvoir et le principe de son soutien de masse (la communauté charismatique) et du système politique édifié autour de lui » : expliquant ainsi une base de pouvoir instable et un dynamisme extraordinaire, éléments cruciaux du caractère exceptionnel de l'Etat nazi. Hitler paraît être un hommemoyen ne s'étant « illustré » que la deuxième partie de sa vie. Pour comprendre les raisons « qu'ils l'ont rendu possible », l'auteur étudiera donc la consolidation de son pouvoir, les bases de sa légitimité, l'évolution des rapports de force avec ses alliés politiques ainsi que l'étendue, l'exercice et l'évolution de son pouvoir afin de dégager le degré d'autonomie dont il jouissait. Ian Kershaw,par ces interrogations, tente-t-il d'expliquer la concrétisation de Hitler au plan politique, de dégager l'exceptionnalité de l'Etat nazi en s'intéressant à la fois à Hitler comme «chef charismatique » et aux masses comme « communauté charismatique ».

Le pouvoir de l'idée

Si la personnalité de Hitler ne doit pas prendre une place prépondérante dans l'analyse du phénomène nazi, c'est verselle qu'il faut se tourner pour comprendre comment a pu se créer une communauté charismatique au tout début, rallier ses premiers partisans. Pour ce faire, Kershaw décide d'étudier ses idées, sa façon de les énoncer et leurs impacts sur ses premiers adeptes. Autodidacte au physique peu avantageux, prétentieux quant à son savoir qu'il juge éclectique : c'est sa conviction et sa manière de l'exprimerqui lui confèrent un dynamisme exceptionnel. Sa vision du monde, manichéenne, jugée sur la forme, a longtemps parue vide de sens ; en fait, elle révèle un véritable système cristallisé à partir des années vingt : sa « vie de bohème » entre 1905 et 1913, la guerre et la révolution russe constituant des étapes décisives dans la formation de sa réflexion. Cependant, ses revendications, classiques desmilieux volkisch bavarois ne peuvent faire de lui une exception. Le début des années vingt l'enrichit de la géopolitique d'Eckart (le combat contre le judaïsme), Rosenberg et Scheubner-Richter lui font fusionner bolchevisme et judaïsme : la pierre angulaire de son idéologie naît ; « le bolchevisme est par essence juif ». Parallèlement, par le biais de la défaite allemande, le juif caractérisepour lui le complot de la finance : le capital juif collaborant avec la Russie soviétique, au détriment de l'Allemagne. Ainsi, Kershaw se montre intentionnaliste en pensant que Hitler envisage la mise à l'écart des juifs par des moyens brutaux, avec un vocabulaire emprunté à la biologie ; l'année 1922 voit naître la « question juive » comme problème central de la pensée hitlérienne. Cette idéedébouchant sur le rôle messianique que l'Allemagne doit prendre dans cette croisade de l'idéalisme contre le matérialisme, du pur contre l'impur : un combat pour la défense de la race légitimée par une lecture de l'histoire encline au « Darwinisme social ». Le récent succès de Mussolini conforte Hitler d'être l'homme providentiel. Ainsi, dès le milieu des années vingt, son rôle messianique semble...
tracking img