Ho chi minh

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3256 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Ho chi minh
Annam est le territoire administré par la France à partir de la fin du siècle dernier ; il comprend le Vietnam, le Cambodge et le Laos ; deux protectorats et une colonie : la Cochinchine, administrée par un gouverneur général : Paul Doumer. C'est dans ce contexte humiliant que Ho Chi Minh vécut sa jeunesse. Toute une légende plane autour du personnage, il serait « probablement » néen 1892 selon ses propres dires et pourtant les historiens ont retenu 1890. Quant aux identités multiples (on a recensé jusqu’à cent soixante-cinq pseudonymes), elles ne tiennent pas non plus à la seule volonté de dissimulation. Les noms aussi doivent avoir une valeur symbolique. Ainsi Nguyen Ai Quoc, le nom qu’il a le plus longtemps employé, signifie Nguyen le patriote. Quant au nom qui lui estresté, il vient de Hô qui est le patronyme d’un empereur réformiste du XVe siècle, Chi Minh signifiant : Celui qui éclaire. Il était le fils d’un lettré du Nord-Annam, d’origine paysanne, qui était devenu un petit fonctionnaire impérial. Brève scolarité, il devient répétiteur dans une école privée mais très vite s’en va parcourir le monde. Les jeunes nationalistes d’Indochine obéissaient tous aumême slogan :"aller étudier à l’étranger et revenir aider le pays". Il fallait notamment comprendre d’où provenait cette prétendue supériorité des pays occidentaux qui leur avait permis de dominer une partie de l’Asie. Aussi dans un premier temps, il s’agira d’évoquer le poids de ses voyages dans sa formation pour ensuite étudier son action aboutissant à l’indépendance du Viêt-Nam et finir par parlerdes dernières batailles menées par Hô-Chi-Minh face au complexe contexte internationale de l’époque.

I/ Les années d’Ho-chi-Minh le voyageur en quête de solutions…
Pour Ho-chi-minh, qui ne se faisait pas encore appelé comme tel à l’époque, il y avait une réelle volonté d’affuter sa personnalité au contact des cultures étrangères. Il passe d’abord 2ans à bord d’un bâtiments transportant descoloniaux où il fait escale dans des ports méditerranées et africains dans lesquels il observe des situations voisines de celles du Viêt-Nam. Il vit à Londres entre 1914 et 1917 et se passionne pour l’insurrection irlandaise, fréquente les milieux fabiens et apprend ce que signifie révolution. Au passage, il y perfectionne son anglais qu’il parle désormais couramment.
* Paris
Puis il gagneParis en 1917 (encore une fois cette date n’est que probable, c’est celle que lui revendiquait) et le visage qu’il y découvre de l’oppresseur de son pays est radicalement différent de celui qu’il connait des suites de la guerre. On le connait toujours un livre à la main et est très intéressé par les rebellions, celle des communards écrasés par Thiers par exemple. Il écrit d’ailleurs lui-même unouvrage anticolonialiste, Le Procès de la colonisation française. Il devient membre des jeunesses socialistes, collaborateur épisodique du populaire et de l’humanité et se rapproche alors de la 3e internationale grâce à Vouiovitch. Il a aussi accès aux thèses de Lénine pour lesquelles il s’enthousiaste. Son premier coup d’éclat est proche. Ayant rédigé en collaboration avec quelques camarades les "Huitrevendications du peuple annamite", il loue un complet chez un fripier pour pouvoir pénétrer au palais de Versailles où se tient depuis le 18 janvier 1919 la conférence de la paix, et dépose le texte entre les mains d’un conseiller du président Wilson. Wilson avait présenté au Congrès ses propres quatorze points dont l’un était le règlement des questions coloniales. Les militants de la CGTdistribuent six mille exemplaires de son texte sur la voie publique. En décembre 1920, participant au 18e congrès du Parti socialiste à Tours, il lance : "Je ne comprends rien aux grands mots dont vous vous servez, mais je comprends fort bien une chose [...] les adhérents à la deuxième Internationale n’ont pas dit un mot sur le sort des peuples coloniaux", son but étant de convaincre les communistes...
tracking img