Hobbes- le leviathan

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1889 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Thomas Hobbes (1588 – 1679, soit 91 ans tout de même !) est certainement l’un des membres les plus éminents du courant de pensée des « philosophes du droit naturel », courant qui compte également, pour ce qui concerne le XVIIème siècle, Grotius (grand juriste, spécialiste du droit international), Locke (avocat de la tolérance, de la liberté de la presse, des progrès de l’instruction et, partant,du libéralisme politique) et, plus marginalement, Pufendorf.
Exactement comme les scolastiques qui les ont précédés, les philosophes du droit naturel tentèrent d’établir une science sociale complète, une théorie de la société dans tous ses aspects et activités. En réalité, ces philosophes vont fonder la conception moderne de la communauté politique : faisant ainsi émerger les notionsfondamentales de la souveraineté et de l’Etat.
Cette théorie de la société apparut d’abord sous forme de systèmes de jurisprudence semblables aux traités scolastiques. Car ces philosophes sont en premier lieu des juristes qui traitent des principes juridiques et politiques pour lesquels ils réclament une validité générale, pour la bonne raison que, pour eux, ces principes sont « naturels » au sens qu’ilsdérivent des propriétés de la nature humain (à l’inverse du droit « positif » qui s’occupe des conditions particulières à chaque pays). C’est ainsi que Hobbes énumère dans son Léviathan (chapitres XIV et XV), dix neuf principes de ce genre qu’il appelle lois naturelles.
Hobbes est soucieux d’éviter « la guerre des uns contre les autres », cette guerre civile que connaît alors l’Angleterre. Dans, LeLéviathan (1651), il développe une analyse utilitariste, où l’utilité du pouvoir, qu’il souhaite absolu, est la conservation des sujets et la paix civile. Son approche individualiste lui fait dire que la société se constitue grâce à l’égoïsme éclairé de ceux qui la composent. Il oppose d’abord l’état de nature, celui de « guerre de tous contre tous » à la vie sociale, qualifiée d’artificielle.Puis il affirme que les individus s’unissent, par contrat, afin d’éviter cette guerre continuelle. Il pense l’Etat et la politique comme domination et souhaite renforcer la main de l’absolutisme et de l’Etat Léviathan. L’Etat est ainsi fondé sur la force afin d’éviter l’état de guerre.
En réalité, Hobbes s’interroge sur le ressort de la vie sociale, qui est selon lui l’obéissance. Qui a donc ledroit légitime de commander ? La réponse n’est pas aisée, car l’homme est triple : il est humain, citoyen, et chrétien. Comment résoudre cette triplicité ? Grâce à une réinterprétation du christianisme et une réfutation de l’héritage antique, Hobbes affirme que c’est l’Etat Léviathan qui seul possède le pouvoir. Dans l’extrait, il expose les causes de sa création et le rôle qu’il lui donne.HOBBES SOUVERAIN ET REPUBLIQUE

Plan détaillé

I. Hobbes refute la tradition antique de l’homme comme animal politique

1.1. Pourquoi l’homme n’est pas un animal politique
▪ « Les lois de nature sont contraires à nos passions naturelles ».
1.2. PB : Qu’est-ce qui permet d’affirmer que l’homme est un animal politique de manière beaucoup plus évidente que les animaux grégaires ?
1.3. Laréponse aristotélicienne articule deux arguments :
1.4. D’une part le philosophe prend acte d’un fait : l’homme est le seul animal qui parle.
1.5. D’autre part ce fait est interprété à la lumière d’un présupposé finaliste. « La nature ne fait rien en vain ». Tout ce qui est a sa raison d’être.

▪ « Pourquoi certaines créatures privées de la raison ou de la parole vivent néanmoins en société sansaucun pouvoir coercitif (et) pourquoi l’humanité est incapable d’en faire autant ».

1.6. Ce qu’il est réellement à l’état de nature
▪ « Tout homme se reposera sur sa force et sur son habileté pour se garantir contre tous les autres ».
La réflexion de Hobbes est fondée sur son approche anthropologique qui fait de la crainte et du désir les principaux moteurs de celui qu’il considère...
tracking img