Hobbes leviathan

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (907 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 avril 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Le texte étudié est tiré d'un ouvrage de Hobbes, le Léviathan, chapitre XIII. Thomas Hobbes, né le 5 avril 1588, fut un très grand philosophe anglais. Il eut une très grande influence sur laphilosophie politique moderne avec sa conceptualisation de l'état de nature et du contrat social, conceptualisation qui fonde les bases de la souveraineté. Dans ce texte, Hobbes nous parle de la liberté etdes droits que la nature donne à l'homme. Le problème posé donc par l'auteur est : Qu'est-ce que l'homme peut-il faire des droits que la nature lui offre ? Nous verrons pour cela dans une premièrepartie les droits offerts par la nature et dans une seconde partie que l'homme possède une liberté pour faire usage de ces droits à sa convenance.

Hobbes commence dans ce texte par nous dire que « lanature a fait les hommes », ce qui nous amènerai à penser que la nature est maîtresse de l'homme et que c'est elle qui le maîtrise. L'homme n'est pas forcément libre du fait qu'il est soumis à la naturequi lui dicte ce qu'il peut faire ou non. De plus, « bien qu'on puisse trouver parfois un homme manifestement plus fort corporellement, ou d'un esprit plus prompt qu'un autre » les hommes resteronttout de même « égaux » entre eux. Ce n'est donc pas le physique d'un homme ou son esprit qui fait qu'il est plus fort qu'un autre homme. Sur ce point de vue, pour Hobbes, les hommes sont égaux, mêmeavec des différences sur les exemples donnés. Comme tout les hommes sont à l'image de Dieu, il ne peut exister de différences entre les hommes, sinon cela voudrait dire qu'il faudrait remettre enquestion l'existence d'un être supérieur, être supérieur à l'origine de la création de l'homme.
Mais Hobbes souligne tout de même que même si il se peut qu'il existe une « différence d'un homme avec unautre », elle n'est pas si « importante ». Cela veut donc dire que la force physique ou l'esprit ne peuvent donner le droit à l'homme de se sentir supérieur à un autre homme. La nature confère donc le...