hobbes leviathan

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3611 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 avril 2014
Lire le document complet
Aperçu du document
HOBBES - La nature humaine

2. Dans ce chapitre, il sera convenable de considérer dans quel état de sécurité cette nature qui est la nôtre nous a placés, et quelle probabilité elle nous a laissée de continuer et de nous préserver contre la violence des uns et des autres. Et, premièrement, si nous considérons combien peu de supériorité il y a quant à la force ou quant à la connaissance entreles hommes d'âge mûr, et avec quelle grande facilité celui qui est le plus faible en force ou en esprit, ou les deux, peut totalement détruire la puissance du plus fort, car il n'est besoin que d'une petite force pour ôter la vie d'un homme, nous pouvons conclure que les hommes considérés selon la pure nature devraient admettre qu'il y a entre eux égalité et que celui qui ne réclame pas plus peutêtre estimé modéré.

3. De l'autre côté, à considérer la grande différence qui existe entre les hommes du fait de la diversité de leurs passions, de quelle vaine gloire certains sont remplis, lesquels espèrent jouir de préséance et de supériorité sur leurs semblables non seulement lorsqu'ils leur sont égaux en puissance mais aussi lorsqu'ils leur sont inférieurs, nous devons absolument reconnaîtrequ'il doit nécessairement s'ensuivre que les hommes qui sont modérés et qui ne recherchent rien de plus que l'égalité de nature seront odieusement livrés à la force de ceux qui tenteront de les soumettre. Et de là résulteront une défiance générale dans l'humanité et une crainte mutuelle des hommes les uns vis-à-vis des autres.

4. Plus encore : puisque les hommes, par passion naturelle,s'offensent les uns les autres de diverses façons, chaque homme pensant du bien de lui-même et haïssant de voir qu'il en est aussi ainsi chez les autres, ils doivent absolument se provoquer les uns les autres par des mots ou par d'autres signes de mépris et de haine qui sont attachés à toute comparaison, jusqu'à devoir, à la fin, déterminer la prééminence par les forces du corps.

5. En outre,considérant que les appétits de plusieurs hommes les portent à une seule et même fin, laquelle fin ne peut parfois ni être jouie en commun ni être divisée, il s'ensuit que le plus fort doit en jouir seul et qu'il doit être décidé par la bataille de qui est le plus fort. Et ainsi, la plus grande partie des hommes, n'ayant aucune assurance quant à la supériorité, provoquent néanmoins, par vanité ou parcomparaison ou par appétit, les autres qui, autrement, se seraient satisfaits de l'égalité.

6. Et dans la mesure où la nécessité de nature entraîne les hommes à vouloir et à désirer bonum sibi, ce qui est bien pour eux-mêmes, et à éviter ce qui est préjudiciable, mais par-dessus tout ce terrible ennemi de la nature, la mort, de laquelle nous attendons à la fois la perte de toute puissance etaussi la plus grande des douleurs corporelles accompagnant cette perte, il n'est pas contre la raison qu'un homme fasse tout ce qu'il peut pour préserver son propre corps et ses propres membres, à la fois de la mort et de la douleur. Et ce qui n'est pas contre la raison, les hommes l'appellent «DROIT» ou «jus» ou «liberté irréprochable» d'user de notre puissance et de notre aptitude propresnaturelles. C'est par conséquent un droit de nature : que tout homme puisse préserver sa propre vie et ses propres membres avec toute la puissance qu'il possède.

7. Et parce que là où un homme a droit à la fin, et parce que la fin ne peut être atteinte sans les moyens, c'est-à-dire sans ces choses qui sont nécessaires pour obtenir la fin, il est conséquent de dire qu'il n'est pas contre la raison, et,par conséquent, que c'est un droit pour un homme, d'user de tous les moyens et de faire toute action qui est nécessaire pour la préservation de son corps.

8. De même, tout homme, par droit de nature, est juge lui-même de la nécessité des moyens et de la grandeur du danger. Car s'il était contre la raison que je sois moi-même juge de mon propre danger, alors il serait raison qu'un autre...
tracking img