Hobbes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (608 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Que faisiez-vous le derrière le rideau ? Il a demandé.
Je lisais.
Montrez le livre.
J'ai retourné à la fenêtre et le suis allé chercher
Vous n'avez aucune affaire(activité) pour prendre noslivres, vous êtes une personne à charge, la mère dit. Vous n'avez aucun argent. Votre père ne vous a laissés(vous a quittés) personne. Vous devez prier et ne pas vivre ici avec les enfants des messieurscomme nous et manger les mêmes repas nous faisons et portons des vêtements à exepense de notre mère. Maintenant, je vous enseignerai à fouiller mes étagères à livres : car ils sont les miens. La maisonentière m'appartient, ou fera dans quelques années. Allez et le stand(la position) par la porte, de la voie du miroir et les fenêtres.
J'ai fait ainsi, pas à premier conscient de son intention. Maisquand j'ai vu qu'il a soulevé le livre, j'ai instinctivement commencé asid avec un cri d'alarme. Non assez bientôt, cependant. Le volume a été jeté, coup(succès,frapper) moi et je me sens, frappant matête(responsable) contre la porte et le coupant. La coupe(diminution) a saigné, la douleur était aiguisée : ma terreur avait passé son apogée; d'autres sentiments ont réussi.Garçon mauvais et cruel!J'ai dit. Vous ressemblez à un meurtrier. Vous ressemblez à un slavedriver. Vous ressemblez aux empereurs Rolan!
J'avais lu ... et avais formé mon avis de Nero Caligula, etc. Que ! Que ! Il a pleuré.A-t-elle dit qu'à moi ? L'avez-vous entendue, Eliza et Georgiana ? Je dirai à la mère. Mais d'abord
Il m'a fonctionné(m'a couru) d'une manière extravagante. Je l'ai senti saisissent mes cheveux etmon épaule mais il avait attaqué une chose désespérée. J'ai vraiment vu dans lui un tyran, un meurtrier. J'ai senti une baisse(goutte) ou deux de sang de mon filet principal en bas mon cou : cettesensation a prédominé sur la crainte et je me suis battu frénétiquement. Je ne sais(connais) pas ce que j'ai fait de mes mains, mais il m'a appelé "le Rat! Rat!" Et a beuglé d'à haute voix. L'aide était...
tracking img