Hobbes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 529 (132189 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Cette édition électronique a été réalisée par Jean-Marie Tremblay, professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi à partir de :
Thomas HOBBES (1588-1679)
Le citoyen
ou les fondements de la politique (1642)
Une édition électronique réalisée à partir du livre de Thomas Hobbes (1642), Le citoyen ou les fondements de la politique. Tra­duc­tion de Samuel Sorbière, secrétaire de ThomasHobbes, en 1649, relue par Thomas Hobbes.
Polices de caractères utilisée :
Pour le texte: Times, 12 points.
Pour les citations : Times 10 points.
Pour les notes de bas de page : Times, 10 points.
Édition électronique réalisée avec le traitement de textes Microsoft Word 2001 pour Macintosh.
Mise en page sur papier format
LETTRE (US letter), 8.5’’ x 11’’)
Édition complétée le 10mars 2002 à Chicoutimi, Québec.
{draw:frame}
Table des matières
Épître à Monseigneur Cornifidz Wllefeldt
Préface
Lettre de Gassendi
Lettre de Mersenne à Sorbière
Épître dédicatoire au Comte de Devonshire
DE CIVE
Section I : LA LIBERTÉ
Chap. I. De l'état des hommes hors de la société civile
Chap. II. De la loi de Nature en ce qui regarde les Contrats
Chap. III.Des autres lois de Nature
Chap. IV. Que la loi de Nature est une loi divine
Section II : L'EMPIRE
Chap. V. Des causes et comment se sont formées les sociétés civiles
Chap. VI. Du droit de cette assemblée, ou de cet homme seul qui exerce une puis­sance souveraine dans la société civile
Chap. VII. Des trois sortes de gouvernement : démocratique, aristocratique et monarchique
Chap.VIII. Du droit des maîtres sur leurs esclaves
Chap. IX. Du droit des pères et des mères sur leurs enfants ; et du royaume patrimonial
Chap. X. Comparaison des trois sortes de gouvernement et des incommodités qui se rencontrent en chaque espèce
Chap. XI. Passages et exemples de la Sainte Écriture qui semblent favoriser ce que nous venons de dire
Chap. XII. Des causes internes d'où peutvenir la désunion de la société civile
Chap. XIII. Des devoirs de ceux qui exercent une puissance souveraine
Chap. XIV. Des lois et des offenses
Section III : LA RELIGION
Chap. XV. Du règne de Dieu par la nature
Chap. XVI. Du règne de Dieu par l'Ancienne Alliance
Chap. XVII. Du règne de Dieu par la Nouvelle Alliance
Chap. XVIII. Des choses qui sont nécessaires pour entrer auRoyaume des Cieux
Avertissement du traducteur
« Ce livre vaut un trésor et il serait à désirer que les caractères dont on l'imprimera fussent d'argent. »
Lettre du feu R. P. Mersenne à M. Sorbière
d'Orléans... le 25 d'avril 1646.
« Si la physique est une chose toute nouvelle, la philosophie politi­que l'est encore bien plus. Elle n'est pas plus ancienne que mon ouvrage le De Cive. »Épître dédicatoire du De Corpore
traduction Destutt de Tracy.
« C'est seulement en devenant citoyen d'un État bien constitué que l'homme acquiert véritablement son droit. »
Hegel Principes de la Philosophie du Droit
§ 153, addendum.
Retour à la table des matières
NOTE SUR LE TEXTE
DE CETTE ÉDITION

Retour à la table des matières
Le De Cive, qui devait constituerla troisième partie des Elementa philosophiae, a été publié par Hobbes, à Paris, dès 1642, en un in-4º de 275 pages.
En 1647, Hobbes en publia à Amsterdam une seconde édition, enrichie de notes substantielles et augmentée d'une Préface au Lecteur et d'une Épître dédicataire au comte de Devonshire en date du 1er novembre 1646. Le texte est un in-12º de 408 pages.
Hobbes donna en 1651 unetraduction anglaise du De Cive sous le titre Philoso­phical Rudiments concerning Government and Society.
Texte latin et texte anglais se trouvent dans l'édition Molesworth respectivement in Opera latina (tome II) et English Works (tome Il).
Samuel de Sorbière, qui fut le secrétaire de Hobbes entre 1640 et 1651, donna du De Cive, avec l'accord du philosophe, une traduc­tion complète, d'ailleurs...
tracking img