Hold up

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 170 (42415 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LE HOLD-UP PLANÉTAIRE
Roberto Di Cosmo Dominique Nora

Éditions 00h00
Z E R O H E U R E

www.00h00.com

´ ´ Ce texte a ´t´ publi´ par les Editions Calmann-L´vy, et les Editions ee e e 00h00, ` Paris en 1998. a Depuis le mois de Juillet 2006, l’´diteur ne souhaitant plus le r´imprimer, e e les auteurs ont recuper´ les droits d’auteur sur ce livre, conform´ment e e a ` l’article L. 132-17du code de la propri´t´ intellectuelle. ee Nous avons d´cid´ de le mettre ` disposition de la communaut´, sous e e a e licence Creative Commons Attribution-NoDerivs-NonCommercial, et il sera toujours disponible en ligne sur http://www.dicosmo.org/HoldUp/ HoldUpPlanetaire.pdf. Roberto Di Cosmo, Dominique Nora Paris, 31 Aoˆt 2006. u

2

À propos de l’œuvre

Cet ouvrage va à rebours de toutela mythologie véhiculée par le marketing génial de Microsoft. Il met en garde contre les dangers que nous fait courir ce Big Brother et contre les ambitions démesurées de Citizen Gates : le contrôle total sur toute forme de transmission et de traitement de l’information, aussi bien dans l’éducation que les transmissions bancaires, les vieux et les nouveaux médias, et jusque dans l’intimité de notrevie privée. Quel mélange de crétinisme technologique et de servilité intellectuelle fallait-il pour laisser Bill Gates bâtir en toute impunité une position de monopole absolu, en détruisant bon nombre d’entreprises dont les produits étaient de qualité supérieure ? Comment a-t-il pu amasser une telle fortune en vendant des logiciels médiocres sans obligation de résultats et sans crainte depoursuites, à un coût unitaire quasi-nul et à un prix public qui ne baisse jamais ? Comment est-il parvenu à piéger les consommateurs en kidnappant leurs informations dans un format propriétaire en constante remise en cause, qui les oblige à acheter tous les ans une mise à jour de toutes leurs applications pour pouvoir simplement continuer à lire leurs propres données ? Comment a-t-il piégé lescompétiteurs, en introduisant des variations arbitraires dans le seul but de ne pas permettre aux produits qu’ils développent de fonctionner correctement ? Comment a-t-il usé de l’intimidation auprès des distributeurs et de l’intoxication auprès des médias pour se présenter comme le chevalier blanc de la démocratisation du savoir alors qu’il organisait méthodiquement la servitude de tous ?

5

LeHold-up planétaire

Au moment où la France s’apprête, comme nombre de pays voisins (Microsoft a déjà acquis le contrôle total de l’informatique dans l’éducation suisse), à céder au chant des sirènes de Microsoft, alors que l’Amérique elle-même combat par tous les moyens légaux la boulimie de son ogre national, un tel cri d’alarme tombe à point nommé. Il existe des alternatives technologiques viablesà l’hégémonie de Microsoft : les défenseurs du logiciel libre, issus pour la plupart de la communauté scientifique, se regroupent en association pour plaider la cause de cette voie, qui permettrait à la fois de diminuer la dépendance européenne et de rapatrier en Europe les emplois que notre complaisance à l’égard de Microsoft financent aujourd’hui de l’autre côté de l’Atlantique. La France est enretard, plaident les esprits chagrins ? Justement, expliquent les auteurs, le retard français est notre meilleur atout : nous avons certes raté un train, mais c’est celui qui est en train de dérailler !

À propos de l’auteur

Dominique Nora, diplômée de l’Institut supérieur agronomique de Paris et de l’ENSA de Montpellier été journaliste au service économique de Libération de 1984 à 1988.Puis, correspondante du Nouvel Observateur aux États-Unis de 1989 à 1990. Elle est, depuis 1991, grand reporter au service économique du Nouvel Observateur, spécialisée dans les hautes technologies. Elle est l’auteur de Les Possédés de Wall Street (1987, Denoël/ Folio), Prix du Meilleur Livre Financier 1988 ; de L’Étreinte du Samouraï : le défi japonais, (1991, Calmann-Lévy/Essai), Prix Albert...
tracking img