Hongrois

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 18 (4355 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
10 puissances 10.

Il était très tard cette soirée là, mais ces pleures résonnés partout dans la maison, 1 ans partit en fumé. Cella faisait un an qu’elle était en couple avec se chère Jordan. Et c’était seulement maintenant qu’elle avait appris qu’il s’était foutu d’elle depuis le début, qu’il n’avait jamais cessé de la tromper. Pourtant c’était flagrant, mais elle n’avait jamais voulu ycroire. Lorn était allongée dans son lit, on ne voyait que ces cheveux noir, très long et crêpés, quand, à des rares moments elle relever la tête, on voyait son maquillage noir dégouliner sur ses joues et ses piercings aux labrets et entre ces yeux commencé à la brulée. Elle les avait fait en pensant à Jordan, puisqu’il avait les mêmes. Le lendemain, il y avait cour, il était 3hoo a.m et elle netrouvait toujours pas le sommeil. Lorn avait son portable dans les mains mais ne savait pas auprès de qui elle pouvait trouver réconfort. Tout ses amis l’avait prévenu pour Jordan, qu’il n’était pas un gars bien, mais elle ne les avait pas écoutés. Quand elle tourna la tête vers le réveille pour regarder l’heure, elle bloqua sur la photo d’eux quelques mois auparavant. Lui, plus grand qu’elle, lescheveux bruns, derrière lesquels on deviner des yeux foncés avec ces piercings aux mêmes endroits que Lorn. Son sourire était ravageur, dès qu’il faisait une bêtise, il n’avait pas besoin de se faire pardonner puisqu’un sourire suffisait à faire craquer Lorn.
Le lendemain matin, lorsqu’elle se réveilla, elle se rendit compte qu’elle s’était endormit toute seule, et elle mit du temps à se souvenirde ce qui c’était passé. Jordan, il l’avait quitté pour une fille, laquelle elle ne savait pas encore mais compter bien le savoir et puis . . . Elle regarda le réveille 1ohoo et juste à côté, un bout de papier.
J’ai des activé ton réveille, ne t’en fais pas. J’ai prévenu le lycée que tu viendrais que demain. Profites de ta grâce matinée,
Ta maman qui t’aimes fort.
Sa mère avait était lapremière au courant. Quand elle se leva, elle descendit en sous vêtements en priant qu’il n’y a pas son petit frère, un voyeur professionnel de 14 ans. Non il n’était pas là. Elle s’approcha de la cuisine et découvrit un petit déjeuné, fait pour elle. Mais la faim n’était pas au rendez vous. Elle alla devant la télé et s’autorisa une matinée dessins animés. Puis à midi lorn décida d’allumer son portable.Au bout de cinq minutes 15 sms, 5 appelles en absence. Ca l’avait fait rire, pourquoi ? Elle ne savait pas.
Lorn tu viens aujourd’hui ?*non j’ai mal au cœur * – Han … j’crois avoir vu Jordan dans les bras de Pauline* Quelle pute !* – Lorn t’es plus avec Jordan ? Qu’es ce qui se passe ? *non pétasse tu peux attaquer*- T’es malade ? Non mais j’crois que ton copain profite de ton absence, reviensvite.* Oui il profite d’être celib* – Je comprends plus rien, sur facebook t’es en couple et lui célibataire …* Il n’y à pas que facebook dans la vie poulette* - Jt’avais dis que c’était un connard, désolée pour toi quand même, je t’ai pas vu aujourd’hui ! … Tout ces messages l’avait fait bien rire, que des commères, les gens n’avaient que ça à faire, alors elle décida d’écrire un message uniqueà toutes ces personnes.
Désolée, je ne suis plus avec Jordan alors arrêter avec vos messages, je vais bien, en tout cas mieux que hier soir, vu que je n’ai pas dormit de la nuit, pour plus de détails aller lui demander, je reviens demain. Bisous.

C’est fou le nombre de personnes qui peut s’intéressait à vous dans ces conditions, enfin bref, elle passa une bonne journée jusqu’à ce que lasonnette de la porte d’entrée sonna. C’était Pauline, derrière la porte, mine de rien elle la faisait entrée, pour voir si elle aller être franche.
- Ca va lorn ?
- Ca peut aller, pourquoi ?
- Jordan t’as plaquée, alors je me demander si ça aller …
- Dis, t’as pas un truc à me dire ?
- Non. Pauline s’enfonça encore plus dans son mensonge. J’ai vu Jordan au bras d’une meuf, qu’elle pétasse !...
tracking img