Horace

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (587 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Camille Dans la guerre qui oppose Rome à Albe, sa puissante voisine, Troisfrèresromains, les Horaces, doivent combattre contre troisfrèresalbains, les Curiaces. Or, ils sont liés Rome, l'unique objetde mon ressentiment ! par des liens familiaux et affectifs. A l'issue du combat, Horace victorieux, mais seul Rome, à qui vient ton bras d'immoler mon amant ! 35 rescapé, rentre dans sa famille etdoit affronter la douleur de sa soeur, Camille, fiancée qui t'a v u naître, et que ton c œ u r adore ! Rome à l'un des Curiaces. Rome enfin que j e hais parce qu'elle t'honore ! Horace O d'une indignesœur insupportable audace ! 1 D ' u n ennemi public dont je reviens vainqueur L e nom est dans ta bouche et l'amour dans ton c œ u r ! Ton ardeur criminelle à la vengeance aspire ! Ta bouche la demande,et ton c œ u r la respire ! 5 Suis moins ta passion, règle mieux tes désirs, N e me fais plus rougir d'entendre tes soupirs ; Tes flammes désormais doivent être étouffées ; Bannis-les de ton â m e ,et songe à mes trophées : Q u ' i l s soient dorénavant ton unique entretien. 10 Camille Donne-moi donc, barbare, un c œ u r comme le tien ; Et si tu veux enfin que j e t'ouvre mon â m e , Rends-moimon Curiace, ou laisse agir ma flamme : M a joie et mes douleurs dépendaient de son sort ; Je l'adorais vivant, et j e le pleure mort. 15 N e cherche plus ta sœur où tu l'avais laissée ; T u ne revoisen moi qu'une amante offensée, Qui comme une furie attachée à tes pas, Te veut incessamment reprocher son trépas. Tigre altéré de sang, qui me défends les larmes, 20 Qui veux que dans sa mort j etrouve encor des charmes, Et que jusques au ciel élevant tes exploits, M o i - m ê m e j e le tue une seconde fois ! Puissent tant de malheurs accompagner ta vie, Que tu tombes au point de me porter envie;25 Et toi, bientôt souiller par quelque lâcheté Cette gloire si chère à ta brutalité ! Horace Ô ciel ! Q u i vit jamais une pareille rage ! Crois-tu donc que je sois insensible à l'outrage, Que...
tracking img