Hotellerie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (259 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
En France, l’acharnement thérapeutique est interdit par la loi Léonetti de 2005, car c’est une atteinte a la dignité du patient, et ses conditions sont contrairesa toute éthique. Au travers de notre travail, nous essairons de définir l’acharnement thérapeutique, ainsi que sa légitimité. Nous aborderons aussi ses limites audécours des exemples et des questionnements posés.

Le terme d’acharnement thérapeutique est complexe a définir. SI le corps médical , les gouvernements et lescommunautés religieuses s’opposent globalement à l’acharnement thérapeuthique, aucune définition n’a été établie sur le plan internationnal, même si L’OMS, en 1990aborde le sujet dans les soins palliatifs qui « ne hâtent ni retardent le décès ». En effet, c’est grâce au développement des soins palliatifs et de la recherche enéthique médicale que des définitions sont apparues. Ainsi, pour l’Union Nationnale des Associations pour le développement des Soins Paliatifs (UNASP),l’acharcnement thérapeuthique est « une attitude qui consiste à poursuivre une thérapeuthique lourde à visée curative, qui n’aurait comme objet que de prolonger la vie sans tenircompte de sa qualité, alors qu’il n’existe aucun espoir raisonnable d’obtenir une amélioration de l’état du malade ».
Le Comité Consultatif Nationnal d’Ethique(CNNE), le définit lui comme « une obstination déraisonnable, refusant par un raisonnement buté de reconnaître qu’un homme est voué à la mortet qu’il n’est pascurable ».
Il nous apparait donc bien difficile d’exposer une définition définitive, chaque individu ayant sa propre défitnition qui peut alimenter le débat.
tracking img