Hsitoire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2623 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Histoire des microscopes : Les microscopes composés

Louis Olivier, La Nature N°828 - 13 avril 1889

Le microscope composé fut inventé vers 1589 par deux opticiens hollandais, Hans et Zacharias Janssen. C’était le père et le fils. Une circonstance toute fortuite les conduisit à remarquer que deux lentilles, convenablement éloignées l’une de l’autre donnent des petits objets une imagerenversée et agrandie. Malgré l’importance de cette découverte, leur instrument demeura pendant longtemps inconnu ; leurs noms mêmes furent oubliés. C’est seulement après leur mort que justice leur fut rendue, grâce à une enquête entreprise en 1655 par leurs compatriotes, consuls, échevins et conseillers de Middelhourg.
Il est cependant probable que, dès le début du dix-septième siècle, Galilée entenditparler de leur invention. Une lettre de lui, datée de 1610, nous apprend qu’il eut alors l’idée d’employer son télescope à grossir les petits objets. Il les plaçait tout près de l’oculaire et observait à travers la lentille objective. C’était bien là une manière de microscope. On s’étonne que cet appareil ait si peu attiré l’attention des contemporains. François Bacon ne le mentionne en aucun deses écrits. Descartes lui-même n’y fait aucune allusion dans la première édition de sa Dioptrique. Vainement ai-je cherché dans les livres de ce temps quelque indication relative au microscope composé. Je n’en ai point trouvé qui fùt antérieure à 1646. A cette époque le P. Kircher y fit allusion dans un grand ouvrage qu’il publia sur l’optique. « Si, dit-il, on adapte deux lentilles semblables à untube, on voit l’image des objets renversée, mais remarquable par la netteté et la grandeur : elle est amplifiée d’une façon incroyable... Ainsi naquit ce Smicroscope qui grossit la mouche en éléphant et la puce en chameau ; il nous fait voir, sous des dimensions appréciables, les objets qui, en raison de leur petitesse, échappent à la finesse de la vue. »
Exactement à la même époque un physiciende Florence, Francisco Fontana, et un voyageur français, Ballthazar de Monconys, décrivirent l’instrument avec plus de détails.
Fontana prétendit s’en être servi depuis 1618. Il alla même jusqu’à en revendiquer l’invention. Sa réclamation de priorité montre à quel point l’appareil était peu répandu, même parmi les savants, pendant la première moitié du dix-septième siècle. La théorie en étaitinconnue. Fontana lui-même l’ignorait. C’est à l’oculaire qu’il attribuait le renversement des images. Le parallèle qu’il nous a laissé du microscope et au télescope permet de reconstituer l’instrument qu’il eut entre les mains. L’oculaire et l’objectif consistaient chacun en une lentille convexe. L’objectif était situé à l’extrémité inférieure d’un tube vertical long de 4 à 5 centimètres et faisaitsaillie au dehors. L’oculaire, au contraire, était engagé dans le tube quelque distance de l’orifice supérieur. L’œil s’appliquait à cet orifice et voyait les objets non par transparence, mais par réflexion.
Les observations que Fontana fit, à l’aide de ce microscope, témoignent d’un très faible pouvoir amplifiant : il n’y examina guère que puces, fourmis, mouches, araignées et acariens dufromage, et ne semble avoir rien découvert de leur structure.
L’année même où parurent son livre et celui de Kircher, Balthazar de Monconys fit connaître un microscope à trois verres. Ce magistrat d’humeur vagabonde qui, par curiosité d’esprit, parcourut tour à tour, Portugal, Provence, Italie, Égypte, Syrie, Constantinople, Anatolie, Angleterre, Pays-Bas, Allemagne et Espagne, s’enquérait partout deschoses instructives qu’on y pouvait voir. En quelque lieu qu’il s’arrêtât, il y recherchait la société des savants.

Vossius, Boyle, Willis, Viviani, Gassendi, Torricelli, Pascal, Roberval, Oldenburg et bien d’autres, penseurs, philosophes, érudits, physiciens, naturalistes ou riches amateurs de curiosités, le reçurent dans leurs cabinets de travail, au milieu de leurs livres et, de...
tracking img