Huis clos de jean paul sartre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1665 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Fiche de lecture.

Huis Clos de Jean Paul Sartre

Jean-Paul Sartre est un nom bien connu de la littérature française! En effet qui n'a jamais entendu parler de cette figure de la culture francophone? Qu'il s'agisse de théâtre, de romans ou de textes philosophiques Sartre s'affirme comme l'un des génies du XX ème siècle en matière d'écriture. Il est aussi bien philosophe que critique etécrivain et montre son pluralisme par la diversité de nature des œuvres qu'il produit: il est sans contestation un dramaturge, romancier et nouvelliste de talent.
Il a ainsi marqué son époque par sa vie d'intellectuel engagé qui a suscité polémique et réticences ainsi que par sa vie sentimentale complexe qu'il menait aux côtés de Simone de Beauvoir.
Huis Clos est une des œuvres les plus populaires deSartre achevée à la fin de l'année 1943. Elle se déroule en un seul acte composé de cinq scènes. Cette pièce illustre le principe même de l'Existentialisme, mouvement littéraire du XX ème siècle où l'être humain est défini par ses geste et ses non-gestes. Dans son écriture Sartre a pour but de faire rire le lecteur. Elle est adaptée au théâtre; cependant seule l'adaptation de Didier Van Cauwelaertà Nice en 1977 semble avoir donné justice à cette conception.

A leur mort, trois personnages de caractères très marqués se retrouvent dans la même pièce. Il s'agit de Joseph Garcin, journaliste, Inès Serrano, employée des postes et Estelle Rigault, riche mondaine. Ils n'ont rien en commun, viennent de milieux différents et n'ont ni les mêmes goûts ni les mêmes convictions. Sartre nous délivreici une définition personnelle de l'Enfer: « L'Enfer; c'est les autres ». Par cette phrase il veut faire comprendre que la vie se ressent et se perçoit à travers les autres; les individus nous font prendre conscience de nous mêmes, de notre condition d'humain. Les trois protagonistes se débattent sans cesse pour échapper à leur situation mais l'Enfer finit par reprendre le dessus. Cette pièce dethéâtre est en un acte composé de cinq scènes, dont la dernière est hypertrophiée.
Lors de la scène 1 on est introduits auprès du premiers personnage Garcin qui fait son arrivée dans un salon style Second Empire accompagné d'un garçon d'étage. Il s'ensuit alors un court dialogue entre ces deux personnages à travers lequel Garcin demande « où sont les machines de tortures ».
Cette scène d'expositionétonne car elle ne répond à aucune des questions du spectateur. Les personnages semblent tout au long de la scène connaître des détails nécessaires à sa compréhension mais cachés au lecteur. A la fin de la scène le garçon d'étage quitte la pièce.
Dans la scène 2 Garcin appelle vainement le garçon; il fait alors l'expérience de l'enfermement et de la solitude.
La scène 3 est marquée parl'apparition d'un nouveau personnage: Inès. D'abord confuse elle demande à Garcin ou est Florence. Celui-ci lui répond qu'il ne connait pas de Florence et qu'ils se trouvent tous deux dans la même situation. Inès adopte alors une réaction agressive et reproche violemment à Garcin d'être son « bourreau ». Celui-ci dénie et tente de faire preuve de bonnes manières. Il se heurte alors à la froideur et au méprisde Inès.
Lors de la scène 4 c'est au tour d'un troisième personnages de faire son apparition. Ainsi nous nous familiarisons avec Estelle, une riche mondaine, qui se fait expliquer la situation par Garcin et qui montre déjà son côté superficiel car toute son attention est focalisée sur le mariage entre la couleur des canapés et celle de sa tenue. Elle essaie ainsi de fuir la réalité.
La scène 5est la plus longue et la plus révélatrice. Jusque là? les 4 premières scène servent de scènes d'exposition. Dans cette scène Estelle prétend être morte d'une pneumonie et ignore la raison de sa présence en enfer. Elle s'interroge par ailleurs quant à la raison pour laquelle les trois personnages ont été réunis. Si Garcin pense à cet égard qu'il n'y a d'autre explication que le hasard, Inès...
tracking img