Humain inhumain

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3768 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dissertation philosophique

Peut-on qualifier d'inhumaines certaines actions de l'homme  ?

Analyse du sujet

Ici, le concept sur lequel doit porter l'examen est celui d'« inhumanité », dont est dérivé l'adjectif « inhumain ». Est inhumain, au sens le plus général et le plus neutre du terme, ce qui n'est pas de l'homme. En ce sens, le divin et l'animal sont tous deux, à leur manière, nonhumains.
Mais, à s'en tenir à ce sens, on ne peut comprendre la forme paradoxale de la question, qui demande si des actions de l'homme méritent la qualification d'inhumaines. Il s'agit donc d'explorer non l'inhumanité extérieure à l'homme, mais une inhumanité propre à sa nature même, comme une virtualité inscrite en son cœur.
En ce sens, l'inhumain peut encore signifier deux choses. Au senscourant et sentimental du terme, on qualifie d'inhumain une conduite ou un acte criminel particulièrement odieux.
Inhumain peut enfin plus radicalement qualifier un acte ou une conduite portant atteinte non seulement à un homme, mais à l'humain en lui. Il faut faire la différence entre le crime odieux que l'on va appeler inhumain, et ce qu'on a appelé, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le« crime contre l'humanité ».
Il s'agit donc, dans ce sujet, de mettre au clair la notion d'inhumain. La difficulté est d'ordre conceptuel : comment penser de l'inhumain dans l'humain ? La problématique tourne autour de cette question. L'inhumain renvoie-t-il en nous à une animalité, à une sauvagerie primitives ? Cette question en provoque une autre : qu'est-ce que l'homme ? Un état, une nature,une dignité ? Le statut d'homme est-il un acquis, ou une condition fragile ?

DEVOIR RÉDIGÉ

Introduction

C'est un lieu commun que de reconnaître que l'homme est capable du meilleur comme du pire. Mais nous ne ferions qu'effleurer notre sujet qui commence au-delà du pire, là où l'odieux provoque la nausée. Il est ainsi des actes dont nous ne pouvons accepter qu'ils soient le fait del'homme. Nous préférons les qualifier d'inhumains, croyant ainsi les imputer, explication commode, à on ne sait quelle bestialité primitive. Cette appellation est-elle philosophiquement fondée ? Peut-on qualifier d'inhumaines certaines actions de l'homme ?
A coup sûr, une telle qualification est ambiguë, paradoxale même : censée au départ dénier à l'homme la paternité de ce qui est indigne de lui,elle finit par insinuer le doute sur sa véritable nature. Et si l'homme contenait en lui la possibilité de l'inhumain ?
Faut-il comprendre par là que l'homme a de la bête en lui ? Peut-on penser ce monstre logique d'une inhumaine humanité ? Trop occupée à faire le compte des différences qui nous distinguent de l'animalité, la réflexion n'a-t-elle pas pris l'image idéalisée de l'homme pour l'hommeréel ?

Partie 1. L'inhumain et le crime contre l'humanité.

Alain Finkielkraut, philosophe contemporain, nous invite à distinguer deux choses dans ce que l'on qualifie d'inhumain : d'une part, ce que l'émotion nous fait appeler de ce nom, au sens de ce qui nie la vertu d'humanité. C'est ainsi que du violeur d'enfant ou du tortionnaire qui reste insensible aux gémissements de sa victime, nousdisons couramment qu'ils sont inhumains. Nous le disons aussi de leurs actes : « C'est inhumain. » Nous avons du mai à croire que de tels actes puissent être commis par un homme, en tout cas ce que nous pensons être un homme.
Il y a d'autre part l'inhumain au sens fort du terme : non ce qui est contraire à une certaine idée de l'homme, mais plus radicalement, ce qui nie le genre humainlui-même. En ce sens, l'inhumanité ne consiste pas en un jugement. Elle qualifie une réalité, inscrite de manière indélébile dans notre histoire ; plus précisément, elle qualifie ce crime qu'on appelle génocide, et qui consiste à éliminer un peuple, à nier toute une partie du genre humain.
Cet attentat à l'encontre de l'homme a été, sous sa forme la plus systématique, sinon la plus atroce, l'œuvre de...
tracking img