Hymne à la beauté commentaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2015 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 juin 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
HYMNE A LA BEAUTE

Baudelaire, �crivain et po�te fran�ais du XIXi�me si�cle a publi� en 1857 un recueil de po�me intitul� Les fleurs du mal, dont est extrait le po�me que nous allons �tudier. L'���Hymne � la beaut頻 s'int�gre � une s�rie de po�mes de la section ��Spleen et id�al��, dans laquelle Baudelaire cherche � d�finir l'essence du beau et sa conception du po�te et de la po�sie. Dans lepo�me que nous allons �tudier, Baudelaire nous pr�sente d'abord la beaut� sous un visage ambigu et m�me contradictoire. Il montre ensuite la fascination qu'elle exerce sur lui, ce qui donne lieu � un v�ritable hymne � la beaut�. Toutefois, cette beaut� toute-puissante est �galement d�moniaque, aussi examinerons-nous en quoi la beaut� est une Fleur du mal.

Baudelaire cherche d'abord � cernerl'origine de la beaut� et son identit�. Elle se pr�sente d'embl�e comme un myst�re qu'on ne cesse d'interroger, en effet, d�s le premier vers le po�te demande�: ��Viens-tu du ciel profond ou sors-tu de l'ab�me��. Cette question rev�t un caract�re obsessionnel�: on la retrouve pos�e en des termes presque identiques au vers 9�: ��Sors-tu du gouffre noir ou descends-tu des astres�?��. On remarque ici que labeaut� semble presque toujours �merger d'une profondeur�: ��ciel profond��, vers 1�; ��ab�me��, vers 1�; ��gouffre noir��, vers 9. Ces allusions � une profondeur t�n�breuse soulignent l'origine obscure de la beaut�. En fait, son origine oscille continuellement entre le bien et le mal. Une s�rie d'images repr�sentent cet antagonisme�: l'opposition haut/bas que l'on peut remarquer entre ��cielprofond�� et ��ab�me��, vers 1�; l'opposition t�n�bres/lumi�res au vers 9 entre ��gouffre noir�� et ��astres���; l'opposition ��ciel�� / ��enfer�� au vers 21�; ainsi que l'opposition ��Dieu�� / ��Satan�� au vers 25.
Baudelaire d�finit le beau de fa�on paradoxale�: une s�rie d'alliance de mots prouve en effet la nature contradictoire de la beaut�. Son regard est ��infernal et divin�� au vers 2�; elleverse confus�ment ��le bienfait et le crime�� au vers 3�; elle annonce le jour aussi bien que la nuit au vers 5�: ��Tu contiens dans ton ?il le couchant et l'aurore��. La conjonction de coordination ��et�� souligne l'indissociabilit� du bien et du mal. De plus, leur r�partition �quilibr�e est traduite par la parfaite sym�trie des h�mistiches�:
Infernal et divin (vers 2)
3 / 3
Lebienfait et le crime (vers 3)
3 / 3
Nous pouvons �galement souligner que la beaut� baudelairienne n'est pas seulement contradictoire�: elle marque �galement une �volution des conceptions de l'auteur. En effet, dans le po�me intitul� ��La beaut頻 (po�me bien ant�rieur � celui que nous sommes en train d'�tudier), Baudelaire avait de la beaut� une vision tr�s classique. Ilnous la montrait ainsi comme immuable et �ternelle ��comme un r�ve de pierre��, vers 1�; ordonn�e et fig�e dans le temps�: ��Je hais le mouvement qui d�place les lignes��, vers 7�; et pure ��J'unis un c?ur de neige � la blancheur des cygnes��, vers 6. L'���Hymne � la beaut頻 nous en propose une toute autre image�: loin d'�tre un principe d'ordre, elle semble ici un facteur de d�sordre. Elle agit��confus�ment��, vers 3�; elle subvertit les valeurs traditionnelles en brouillant notre vision du fort et du faible puisqu'elle rend ��le h�ros l�che et l'enfant courageux��, vers 8. De plus, ses actes n'ob�issent � aucune logique particuli�re, sinon � celle de son propre caprice�: ��Tu s�mes au hasard la joie et les d�sastres��, vers 11. Le paradoxe le plus frappant est sans nul doute le rapprochementdu beau et du monstrueux au vers 22�: ��� Beaut�! monstre �norme, effrayant, ing�nu�!��. La modernit� de Baudelaire repose sur cette alliance inhabituelle de l'horreur et de la beaut�. Elle est d'ailleurs fort bien illustr�e dans le po�me ��Une charogne��, o� l'auteur �voque avec complaisance un cadavre en train de se d�composer, ��une charogne inf�me��, ��une horrible infection��, qu'il...