Hzyzyhq aa

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2513 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
CONVENTION: En droit, la convention est un accord de volonté conclu entre des personnes (des individus, des groupes sociaux ou politiques, des États) qui s'apparente à un contrat.

----------
Les anciennes cosmogonies ou les grandes religions s'érigèrent en véritables remparts contre le mal. Qui désormais nous protégera ?

e mal est un mystère, une énigme pour la pensée. Devant levieillissement, la souffrance ou la mort, les catastrophes naturelles et toutes les injustices de l'exis¬tence, on ne peut que se poser la question de Job : pourquoi ? Devant l'autre type de mal, le mal moral, le mal humain, la fa¬meuse question concernant la Seconde Guerre mondiale – comment ont-ils pu faire cela ? – témoi¬gne d'une pensée qui semble s'arrêter, comme si elle se trou¬vait devant un murinfranchissable. Entre la banalité, la normalité et la démence de son inventivité, le mal peut-il se caractériser ? Quelle est l'origine du mal, et quel est son fon¬dement ? Peut-on et doit-on répondre à cette question ?
-------
I. Hobbes.a) Le bien pour tout homme est celui de son conatus: persévérer dans son être. Le malest ce qui lui nuit
.b) On instaure donc la morale pour permettre lasociété dans laquelle seule l'on peutespérer faire prospérer son conatus
.c) Le bien et le mal sont donc des valeurs relatives : elles ne sont que des conventionsbasées sur un utilitarisme, une sorte d'évolutionisme social.
II. Platon.a) Les valeurs ne sont pas relatives à celui qui les énonce (critique du "l'homme estla valeur de toutes choses" de Protagoras, et donc du conventionalisme de Hobbes)b) Il y a un souverain bien qui est le même pour tous et qui est ce qui permet d'accéder àla vie de vertu, qui est vie heureuse. Il est objectif car rationnel, ce qui se déduit del'harmonie du monde. Le mal est ce qu'on commet lorsqu'on se trompe surson propre bien: commettre un crime parce qu'on croit que cela nous est profitable, alorsqu'en vérité, cela nous nuit à nous-mêmes.
c) Le souverainbien est ainsi la valeur absolue à laquelle toutes les autres sontsubordonnées. Par exemple, l'utile n'a de valeur que relativement à lui, et il en est demême pour le juste et le beau.
III. Nietzsche.a) Critique de l'idéalisme platonicien et donc de la théorie du souverain bien.
b) La morale considérée comme jugement de valeur permettant l'existence d'un type d'être.
c) La moraleplatonicienne considérée comme système de volonté de puissance d'une vie
-----
On peut remonter jusqu´à l´origine des notions de bien et de mal, les notions subjectives, le bien c´est ce qui me fait plaisir, le mal c´est ce qui me fait souffrir (en gros).

Ce faisant, l´accord tacite devient de définir comme bien ce qui permet de conserver la société plus ce qui est commun à tous les membres et qui necontredit pas le premier point.
Le mal est construit de la même façon.

De ce fait, par exemple, si être libre de choisir comment vivre est un bien, prendre ce que l´on veut pour soi n´en est plus un, car contredisant la cohésion sociale et plus particulièrement la notion de possession.

Enfin il faut remarquer que cet accord peut être détourné, come par exemple dans les dictatures, où lanotion de bien et de mal devient arbitraire car choisie pour correspondre à l´idée d´un seul.
Ces deux notions perdent alors leur sens originel si on les base sur les lois.
--------------
Bien que très anciennes, les idées morales, selon toute vraisemblance, ne furent pas d’abord très nombreuses, et leurs sanctions sociales restèrent insignifiantes aussi longtemps qu’aucune véritablesociété n’avait été constituée. Sans doute, les premières règles furent-elles de ne pas voler, de ne pas tuer. Mais, aussitôt que la loi individuelle ou familiale du talion eut été remplacée par une sanction sociale englobant le clan, et la « vengeance » transformée en « punition », en d’autres termes lorsque s’institua une véritable société et que naquit le concept de sanction, les idées morales,...
tracking img