Ideologie et pouvoir des totalitarismes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2311 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Ben jamia
Sirine
1 Es 4
Français
Commentaire de dom juan

La scène que nous allons étudier est la scène 4 de l’acte II de la pièce de théâtre « Dom juan ». Directeur de groupe, auteur, metteur en scène et comédien tout à la fois, Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière (1622-1673 né et mort à paris) écrit cette pièce de théâtre « Dom juan » en 1665 qui connu un grand succès elle acependant vu certaines de ses répliques censurées. Il faudra attendre 1847 pour que la comédie Française reprenne le texte de Molière. Le personnage de Dom Juan fut inventé par le dramaturge espagnol Tirso de Molina en 1630 et repris par Molière en 1665.
Après avoir rencontré les deux paysannes Mathurine et Charlotte séparément et leur avoir proposé et promis le mariage à toutes deux avec un jeusournois, Dom juan expulse pierrot le fiancé de Charlotte, qui l’a pourtant sauvé de la noyade, ce qui montre son égoïsme et sa cruauté. Dans cette scène comique, le séducteur va se trouver en présence de deux prétendantes et il va devoir se justifier, c’est l’occasion pour lui de mettre en œuvre sa philosophie de l’inconstance exprimée auparavant dans la scène 2 de l’acte I. Il occupe donc uneplace centrale dans la confrontation entre Mathurine et charlotte. Dom juan va devoir faire face à cette confrontation embarrassante, comment va-t-il donc gérer la situation ?
Il est donc judicieux de mettre en exergue tout d’abord, le quiproquo entre les deux paysannes, avant d’évoquer l’explication que Dom juan leur donne pour enfin parler de la tentative de raisonnement de Sganarelle qui feral’objet de notre dernière partie.

Cette scène est l’ironie du sort de deux paysannes qui se disputent pour Dom Juan alors que Dom Juan est le responsable, ces deux femmes sont les plus ridicules et les plus naïves de cette scène car le lecteur ou spectateur, Dom Juan et Sganarelle sont au courant de la manipulation.
La scène commence avec l’entrée de Mathurine que Sganarelle aperçoit en 1er.Sganarelle prend un air complice « ha, ha », qui peut soit vouloir dire qu’il veut avertir Dom Juan de l’arrivée de Mathurine ou bien qu’il est du cote de Mathurine. Lorsque cette dernière aperçoit Dom Juan avec Charlotte, elle commence à douter de Dom Juan et se demande ce qu’il fait avec elle « Est-ce que vous lui parler d’amour aussi », mais Dom Juan, dans l’urgence, arrive à mettre tout desuite fin au doute de Mathurine en lui assurant que « non ».Il ne lui laisse pas de doute possible et la rassure en lui affirmant que « au contraire, c’est elle qui [lui]témoignait une envie d’être [sa] femme », il veut effacer l’ambigüité. Cela montre quelques traits de caractère de Dom Juan notamment l’hypocrisie et sa capacité de persuasion.
Face à l’étonnement des deux femmes, Dom Juan joue undouble jeu, il alterne entre Mathurine et Charlotte, on a ici un comique de geste avec le va et vient de Don Juan (dans les mises en scène). Cet ensemble de jeux de scène provoque le rire des spectateurs. Il use d’une stratégie qui est de systématiquement remettre la faute sur l’autre femme en leur chuchotant et il les monte l’une contre l’autre. On remarque qu’il répète les mêmes mots, il utilisedes synonymes en leur parlant à l’une et à l’autre pour dire la même chose sur les deux « folle », « extravagante ». Il les interrompt systématiquement lorsqu’elles tentent de s’expliquer et de connaitre les arguments de l’autre, ce qui provoque une succession de répliques très brèves au début de la scène car il tente de couper cours au dialogue. Elles sont limitées dans leurs réflexions et nepeuvent donc pas développer et suggérer leurs pensées.
Dom Juan s’impose comme le maître de jeu car leur parole il la coupe et la maitrise. Mais cela n’a pas d’effet, elles insistent « Mathurine – Non, non : il faut que je lui parle. », et « Charlotte – Je veux voir un peu ses raisons ». On remarque ici qu’elles ne doutent pas d’elles même, et de Dom Juan, elles n’ont aucun soupçons et sont...
tracking img