Il était tard

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1083 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 septembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Il était tard, le soleil s'était estompé à l'est il y a longtemps pour laisser place à la perle scintillante. Le croissant de lune approchait lui aussi de sa fin, bientôt les étoiles cesseraient de s'allumer pour laisser place au ciel nuageux. L'ambiance était morbide sur Lhassa, le sanctuaire pourpre siégeant aux creux du Mont Gaphel n'égayait en aucun cas cette atmosphère morbide et stressante.A l'intérieur de son palace de pierre violette le jeune dieu à la responsabilité si pesante et si éprouvante pour un être si jeune ne tenait plus en place. Enroulé dans sa couverture dans sa chambre qui se trouvait derrière la salle d'audience, il grelotté de froid, de peur, de solitude. Cela faisait bientôt 5 jours que le maître des lieux se retrouvait seul, désespérément seul. June n'avaittoujours pas donné le moindre signe de vie. Le dieu de la mort s'inquiétait, bien qu'il ait confiance aux nombreuses qualités de cette femme, il ne pouvait s'empêcher de vouloir la protéger plus que tout au monde. Son cœur était encore remplie de ce sentiment plus puissant que la tristesse, tout aussi sombre mais qui pousse certaine personne à devenir courageux et à ce battre pour ces idéaux?Serais-ce de l'amour, même le dieu présent ici n'avait pas la réponse à cette question. Seulement il n'imagine tout simplement pas l'avenir de sa propre personne sans cette June qui lui est si chère. Voila une faiblesse que certains dieux pourraient se servir dans le futur contre le jeune dieu, le plus puissant de sa faction... enfin avant son réveil prématuré.

Son flot de penser envers June était uneprière, ses interrogations se poursuivirent, il priait, mais vers qui? Il est un être divin maintenant, à quoi cela lui sert-il de prier après tout ne doit pas il être une personne dont tous se qu'il désir doit être exaucé. Il fut interrompue dans son flot de penser par un grand bruit. Les portes du Hall d'entrée s'ouvrir dans un grincement sinistre, aigu. La réincarnation divine se jeta sous sacouverture et se remis alors à trembler comme une feuille morte. Il ne se doutait pas que la frayeur qu'il avait ressentit n'était autres que le fruit du destin qui ramenait l'être cher auprès du prieur. Amon-Râ entendit des pas, deux personnes marchait surement dans le hall menant devant le trône, le bruit des pas sur les dalles rapprochait inévitablement le danger de la présence du seigneur desdieux d'Egypte. Il entendit alors les rideaux blancs séparant sa chambre de l’endroit où il siégeait la journée. Un soupire, les pas s'arrêtant, ses battements de cœur accélérant, il craignait que le bruit de son cœur trahisse sa présence dans la pièce, bien qu'une boule dans un si beau lit se repère tout de suite. Les pas se remirent alors en marche, un seul individu bougea, il se rapprocha dulit s'agenouilla devant et dit d'une voix douce et pleine d'amour:

Mon seigneur je suis revenue avec...

Elle n'eu pas le temps de terminer sa phrase que le jeune dieu lui sauta au coup se blottissant dans sa poitrine, il sanglotait comme le faisait les bébés. Il leva les yeux, ceux-ci éteint mouillés, il ne savait pas quoi dire, balbutiant il tenta tant bien que mal d'exprimer ses sentimentset sa joie de revoir enfin sa douce June:

Juuuune.... tu m'as... tu m'as... beaucoup manquée... snif, j'ai cru... j'ai cru que jamais tu reviendrais...

Il n'eu ni la force, ni l'envie nécessaire de continuer sa phrase, Il repartie dans ses pleurs incessants. June était mal à l'aise que penserait le seigneur Iouf l'ancien servant d'un dieu du soleil dans toute sa splendeur et avec toute sapuissance. Elle glissa quelques mots doux à l'oreille de son protégé. Puis elle tenta un regard vers l'homme qui se tenait debout sans réagir devant cette scène que certain qualifierait de touchante et d'autre de mascarade. June se débarrassa de l'emprise du dieu et dit:

Mon seigneur je suis partie au Maroc ou j'ai trouvé Iouf du crépuscule qui se trouve là-bas, je pense que vous avez...