"Il aurait fallu" de aragon

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (943 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
"Il aurait fallu" est extrait du recueil Le Roman inachevé, écrit en 1956 par Louis Aragon. Ce poème parle de la volonté de vivre retrouvée après la rencontre d’une femme et de la redécouverte del’amour. L’auteur y fait un parallèle avec sa vie : la période de dépression est une allusion à sa tentative de suicide suite à la rupture avec sa campagne Nancy Cunard avant que la rencontre d’ElsaTriolet ne le bouleverse et ne redonne un sens à sa vie.
Comment Aragon a-t-il vécu les deux périodes de sa vie avant et après l’arrivée d’Elsa et comment décrit-il sa renaissance, la femme et l’amour quilui est associé ?
Pour le savoir, nous allons tout d’abord parler de la tristesse et par contraste, de son soulagement, puis de sa renaissance et de l’amour qui lui a sauvé la vie.

Les premièresstrophes de ce poème sont d’un registre élégiaque. C’est dans les trois premières strophes que l’auteur cite successivement sa peine et son passé révolu puis sa transformation suite à la rencontre dela femme et de l’amour. Le poète y apparait comme un homme désespéré. Il utilise le passé (« frémissait » v.13) car c’est une situation qui n’est plus d’actualité. Les vers 1 et 2 parlent de latentative de suicide, l’auteur était dépourvu de vie et de sentiments, le vers 34 « mon cœur défunt » peut s’interpréter de ces deux façons au prétexte de la polysémie du mot cœur. L’imminence de la mort estsoulignée par la tournure impersonnelle « il n’aurait fallu » (v. 1) : il y parait que la mort ne tient qu’à un fil. Dans la 3ème strophe, à travers le vers 3 « Moi qui frémissait toujours je ne saisde quelle colère», il apparait que l’auteur éprouvait un malaise existentiel. Ce sentiment est amplifié à l’aide des allitérations en r qui imitent le frisson. La gradation des jours et des semaines(v.9) allonge la durée de cette période et confère une monotonie à l’existence. « Les couleurs perdues » (v.8) évoquent aussi la période de dépression lorsque, privé d’amour, l’auteur broyait du...
tracking img