Il se peut que

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1313 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Plan comparatif

-Ressemblances : À première vue, la représentation de l’immigrant est similaire dans certains passages des deux romans.
-Argument : La première impression des personnages des deux textes, autre que le personnage principal, n’ont pas toujours une très bonne idée des immigrants.
-Texte 1 : «en tant que Noir, faisait jaser à cause du manque de préparation et de l’étrangetéafricaine» (ligne 3-4) / Ainsi, la perception des personnes à l’égard des Noirs, mentionné dans l’extrait, montre que la courtoisie des personnes du peuple n’a pas une bonne mentalité des personnes immigrants par le seul mot «étrangeté», puisque les étrangetés sont toujours mit de coté.
-Texte 2 : «’’Un Nègre! Ah non! par exemple. Jamais de la vie!’’»(ROY Gabrielle, Rue Deschambault. Québec, BoréalCompact, 2010, p. 14.) / La seul mention du mot «Nègre» évoque en la mère un repoussement catégorique qui est un peu trop surfait, puisqu’en n’aillant jamais vue cet immigrant, la mère a déjà une mauvaise idée de ce qu’est un noir.

-Argument : Les immigrants des deux romans sont sociables avec le monde qu’ils rencontrent.
-Texte 1 : «’’Salut p’tit niger black plein d’soupe!’’[...]‘’Enchanté,moi c’est Habéké Axoum.’’» (ligne 16,19) / Le changement abrupte des connotations négatives en connotations positives montre à quel point Habéké est sociable, mais gentil aussi de ne pas répliquer d‘un manière à provoquer la personne qui le provoque.
-Texte 2 : «Cependant notre Nègre nous enseignait la bonté. Le soir, il gardait pendant des heures sur ses grosses mains écartées l‘un de l‘autre unécheveau de laine blanche dont maman faisait une pelote.» (Ibid., p. 23.) / Ce rapprochement de la famille avec le noir durant une soirée, montre que l’immigrant en continuant à être gentil avec les personnes qu’il ne connait pas au premier abord développe une sociabilité avec le monde qui l’entour.

-Différences : Toutefois, la représentation de l’immigrant n’est pas abordée similairement dansd’autres passages des deux textes.
-Argument : La maitrise de la langue française des personnages immigrantes est différente.
-Texte 1 : «Il parlait le français mieux que nous et son nom était tordant.» (ligne 9-10) / Cette affirmation de savoir qu’un immigrant peut parler le français mieux qu’une personne du peuple met en emphase le niveau de l’apprentissage de Habéké.
-Texte 2 : «’’Oh non! Oh, lala! Pas un castello; j’ai une toute petite femme, pas très forte, menue, menue.’’» (Ibid., p. 192.) / L’utilisation des intonations et de la répétition des mots donne aux vocabulaires un rythme et montre aussi un rattachement encore constant a son pays d‘origine.

-Argument : La description des personnages immigrantes est fait d’une certaine manière dans chacun des romans.
-Texte 1 : «Il avaitune peau en chocolat, des cheveux en laine d’acier, un nez de boxer, des dents comme les touches d’un piano et des jambes sans fin reliées entre elle par des genoux tout en os.» (ligne 6-9) / La description se fait par des comparaisons assez caractérisé par la vue et l’imagination du personnage principal, comme dans la métaphore «des cheveux en laine d’acier» pour dire qu’il a des cheveux friséset entortillés.
-Texte 2 : «un grand et gros homme au cheveux tout noirs, aux yeux également noirs et brillants, portant des moustaches noires à pointes relevées, un gros homme» (Ibid., p. 191.) / La précision de la description ce fait périodiquement à tout se que la personne voie de l’immigrant en face de lui et en même temps souligne par la répétition que l‘immigrant est gros.

-Bilan(synthèse) : En somme, la représentation de l’immigrant est partagée dans les ressemblances et les différences qu’on peut avoir dans les sujets traités des deux romans.
-Argument : Les immigrants sont représentés comme ayant de la solitude rattachée à leur pays.
-Texte 1 : «Il courait en lançant des plaintes vastes comme des steppes arbustives, longues comme la corne somalienne et triste avec ça.»...
tracking img