Illusion comique de corneille acte v scène 6

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1095 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L'illusion Comique de Corneille

Acte V scène 6, vers 1747 – 1808

Question: forme et enjeux de cette mise en abyme
quelques éléments de réponse

I / une savante mise en abyme

1- « un père cherche son fils et le magicien lui fait voir les aventures de clindor sur un grand un grand écran d'ombre oùsurgissentles fantômes. A la fin, nous retrouvons clindor et sa fiancée vêtus d'habitssomptueux et en plein drame clindor est tué par un mari jaloux et Isabelle expire. Le père fou de douleur sanglote mais le magicien lui explique que son fils est simplement devenu comédien et qu'il joue le dernier acte d'une tragédie; clindor ressuscite et tout se termine par l'éloge du théâtre. Il y a donc trois pièces imprêgnée l'une dans l'autre, la pièce du magicien, la comédie de clindor et latragédie finale » propos d'un critique de 1930.

cela doit vous aider a dire préçisement ces emboitements successifs que corneille a voulus. Le sujet est bizarre donc, et Corneille lui même a appelé sa pièce « un étrange monstre ».

2- L'éloge du théâtre prononcé par le magicien Alcandre

a) Le théâtre est poésie

« c'est là que le Parnasse étale ses merveilles ». Ce magicien, qui vitdans une grotte enchantée, parle au nom de Pierre Corneille. Il est Pierre Corneille. Il ne croit pas si bien dire quant on sait que se prépare le plus beau vers de la langue française:
« Percé jusques au jour du coeur
D'une atteinte xxxxx aussi xxxx que mortelle » Le Cid, act I scène 6
• Alcandre fait l'éloge du th à Pridament. Il présente positivement le th. A ce sujet, il utilise lesuperlatif de supériorité (« le plus »), l’hyperbole ("idôlatrer"), des termes mélioratifs ("grand équipage", bel étalage", "parer", « admirer ») et l’adverbe d’intensité (« si beau »). De plus, l'énumération (« l’entretien de Paris…plaisir des grands ») traduit la diversité et la richesse du th. • « art » : résume tout ce qu'est le th • « équipage », « parer » : font référence aux costumes qui vont êtreadmirer par le spectateur. • Le contre rejet des mots « idolâtre » et « th » met en valeur le th. • le contre rejet des mots « ce gd équipage » et « étalage » fait ressortir la beauté du spectacle. Alcandre veut persuader Pridamant qui semble être le seul à ne pas l’apprécier.
b) Le théâtre est universel. Il est pour le roi

L'éloge du théâtre se fait par l'énumération du xxx de cet art. Touteles catégories sont représentées, des plus luisibles aux plus glorieuses. Le goût universel pour cet art se manifeste dans le texte, par la récurrence de sonorités suaves en (s). L'apologie du théâtre et de ses représentations se manifeste dans la fréquence des termes superlatifs, pléthorique.
Le théâtre est universel c'est le thème du « théatrum mundi »

Apologie du théâtre dans son discoursnotamment au vers 36 avec une comparaison:
opposition entre « à présent » et « votre temps » vers 38. La vision négative du théâtre est périmée.

Alcandre doit montrer que le th est reconnu par tout le monde.
• On utilise des noms collectifs qui englobent tout le monde (« un peuple tout entier », « par où ses compagnons tout entier »).• On a la représentation de la ville et la campagne (« Paris », « province »)
• les termes opposés Paris/provinces et peuple/grands insiste sur la diversité des spectateurs. On a une énumération qui permet d’insister.
Une fonction ludique: champ lexical du plaisir.
Un fonction esthétique: champ lexical de la beauté avec "lesmerveilles, si beau, se parer"
Une fonction économique: le théâtre est un milieu ou l'on gagne bien sa vie: référence à l'argent. Par exemple, on peut distinguer le champ sémantique de la fortune.

II / Une joie, une fin de pièce tout à fait baroque

1- « Pierre Corneille est le poète même de l'illusion théâtrale. Car rien n'est jamais vrai de ce qu'on nous représente, les acteurs eux-mêmes...
tracking img