Illusions perdues

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1378 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 août 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Illusions perdues
Illusions perdues est un des plus longs romans de la Comédie humaine d’Honoré de Balzac. Pour beaucoup, dont Marcel Proust, ce livre est aussi le meilleur de Balzac[1]. Il a été publié en trois parties entre 1836 et 1843 : les Deux Poètes, Un grand homme de province à Paris et Ève et David. Il fait partie du vaste ensemble des « études de mœurs », et plus précisément des Scènesde la vie de province.
Inspiré à Balzac par son expérience d’imprimeur, il raconte l’échec de Lucien de Rubempré, jeune provincial épris de gloire. Le parcours malheureux et nourri d’impardonnables faiblesses du « grand homme de province » (périphrase récurrente), alternativement héros et antihéros, est sans cesse aggravé par les contrepoints de deux cercles vertueux : la famille de Lucien et leCénacle des vrais grands hommes. Les « illusions perdues » sont celles de Lucien face au monde littéraire et à son avenir, mais aussi celles de sa famille envers ses capacités et ses qualités humaines.
Thème
Le roman comprend trois parties : L’action se déroule sous la Restauration.
• Les Deux poètes
C’est la partie la plus courte. Elle est située à Angoulême. David Séchard, fils d’unimprimeur, est lié d’une amitié profonde avec Lucien Chardon, jeune homme beau et lettré. Le père de David (type de l’avare rejetant le passage de génération) revend à son fils son imprimerie à des conditions très défavorables. David, qui a peu de goût pour les affaires, est proche de la ruine. Cependant, il parvient à subsister grâce au dévouement et à l’amour de sa femme, Ève, qui est la sœur deLucien. Il recherche en secret un procédé permettant de produire du papier à faible coût et de meilleure qualité. Lucien, lui, se noue avec une femme de la noblesse, madame de Bargeton, qui voit en lui un grand talent de poète : il voit en elle sa Laure et, à l’imitation de Pétrarque, lui voue un recueil de sonnets. Elle l’introduit dans sa société et s’éprend de lui. Cet amour inconsommé entre unradieux jeune homme et une femme mariée plus âgée répond parfaitement au schéma médiéval de l’amour courtois, sur lequel le héros se fait de grandes illusions, plus ou moins consciemment, illusions qu'il perdra ensuite, d'où le titre Illusions perdues. Lucien s’enfuit finalement avec sa protectrice à Paris, pour y faire carrière.
• Un grand homme de province à Paris
C’est la plus longue destrois parties. Lucien, arrivé à Paris, se montre bien misérable auprès des élégants parisiens. Pauvre et peu au fait des mœurs de la capitale, il se couvre de ridicule en faisant, à l'Opéra, ses premiers pas dans le monde, et madame de Bargeton l’abandonne rapidement car elle est dans son élément. Ses tentatives pour faire publier ses livres se soldent par des échecs. Il fait alors la connaissancede d’Arthez, un philosophe libéral qui l’introduit au Cénacle, un cercle de jeunes hommes de tendances politiques et d’occupations diverses qui partagent dans une amitié parfaite une vie ascétique au service de l’art ou de la science. Lucien fréquente le Cénacle pendant un temps. Mais, trop impatient pour réussir par la voie ardue du seul travail littéraire, il cède à la tentation du journalisme,un univers corrompu dans lequel il connaît rapidement le succès. Lucien signe alors ses articles Lucien de Rubempré (du nom de jeune fille de sa mère). Il s’éprend d’une jeune actrice, Coralie, et mène une vie de luxe. Son ambition le pousse à s’intéresser à la politique et, d’un journal libéral, il passe à un journal royaliste. Cela est très mal perçu dans le milieu journalistique : ses anciensamis l’attaquent violemment, ses nouveaux collègues ne le soutiennent pas. Il est vite ruiné ; à cela s’ajoute la mort de Coralie. Lucien se résout finalement à retourner à Angoulême pour solliciter l’aide de David (à qui il avait déjà auparavant demandé plusieurs aides financières, qui lui avaient été versées à chaque fois).
• Les Souffrances de l’inventeur (d’abord publié sous le titre Ève...
tracking img