« Ils riaient quand il faisait des contes ». pensez-vous que les contes soient avant tout écrits pour amuser et divertir ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1142 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
« Ils riaient quand il faisait des contes ». Pensez-vous que les contes soient avant tout écrits pour amuser et divertir ?

À l'origine, un conte est un récit raconté à l'oral. Mais depuis la Renaissance, il est devenu un genre écrit à part entière. Qu’il soit raconté à l’oral ou à l’écrit, le conte est un genre littéraire. Commençant généralement par « il était une fois » et se finissant parla célèbre formule de clôture « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants », le conte est un récit de faits ou d'aventures imaginaires impliquant l'évolution d'un personnage destiné à distraire le lecteur. Mais divertir le lecteur est-elle la principale fonction de ces fictions légères ? Nous verrons dans un premier temps les contes principalement écrits pour divertir le lecteur, puis nousnous arrêterons sur les contes philosophiques qui amènent le lecteur à s’interroger sur la société, et pour finir nous étudierons l’évolution de ce genre littéraire.

Les contes sont généralement destinés à distraire comme les contes de fées. Plusieurs éléments sont nécessaires à la confection d’un conte merveilleux capable de bercer le lecteur : un monde imaginaire, des éléments surnaturels ouféeriques, mais surtout des personnages humains ou animaux soient gentils ou méchants. Mais la fin « happy-end » du conte de fées est le plus important servant à faire rêver le lecteur petit ou grand. Dans Cendrillon, conte écrit par Perrault, tous les éléments du conte sont réunis : une héroïne douce, belle, gentille, la cruelle belle-mère dans le rôle de la méchante, la marraine magicienne pourle côté féerique, le prince-charmant dans le rôle du sauveur, et une fin heureuse : les amoureux se marient finalement.
La Belle au bois dormant, Doucette, Peau d’âne, La petite sirène… et beaucoup d’autres contes servent à transporter le lecteur dans un monde imaginaire où seuls les gentils l’emportent et l’amour triomphe d’où l’expression « contes de fées ». Dans Cendrillon, Perrault distraitle lecteur plus qu’il ne l’éduque même si une petite morale apparaît : la vertu et la patience sont toujours récompensées. Certes beaucoup de contes servent à divertir plus qu’il n’éduque mais beaucoup d’autres éclairent le lecteur plus qu’il ne le divertit.

En effet, à côté du conte divertissant existe un tout autre style de conte : le conte philosophique. C’est une histoire fictive produitepar l’auteur dans le but de peindre une critique de la société. Il est rédigé en s'inspirant de la structure du conte pour se soustraire à la censure, tout en restant compréhensible. En effet, sous le voile de la fiction légère se dissimule la pensée de l’auteur. Dans Candide, Voltaire raconte la découverte du monde à travers le regard du personnage principale. Cela aurait pu faire un conte derécit d’aventures tout à fait traditionnel, mais le ton de l’ironie présent dans Candide démasque la pensée de Voltaire. Dans le chapitre où Candide découvre la guerre, Voltaire n’hésite pas à la décrire comme un spectacle, mais sous cet éloge apparent Voltaire dénonce en fait l’absurdité de la guerre. Voltaire critique aussi, tout au long du conte, la théorie de l'optimisme qui affirme « tout estpour le mieux dans le meilleur des mondes », l’Eglise, l’aristocratie et l’esclavage. Voltaire réussi donc à diffuser les idées des Lumières grâce au conte qui par sa forme lui évite la censure.
Donc derrière le côté divertissant de chaque récit peut se cacher la parole d’un auteur engagé, en quête d’éclairer les lecteurs sur les réalités sociales ou culturelles de l’époque. Le contephilosophique, dont Voltaire fut le principal initiateur, est donc une arme de combat pour défendre des idées comme l’on montré les philosophes des Lumières. Mais comment le conte est-il passer de la tradition orale à la réflexion philosophique ?

Le mot « conte » vient du latin computare, qui signifie « compter, énumérer ». Avec le temps ce mot a pris le sens de « rapporter des événements successifs »....
tracking img