Imagination chez don quichotte

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2804 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Mot imagination son sens plein ("faculté de créer, d'inventer des images, des formes ou des figures nouvelles"), on se trouve devant une ambiguïté préoccupante. Le fait est que Don Quichotte n'invente rien (même pas son nom, à peine dérivé de son patronyme probable Quichana) : il rebaptise, tout au plus, et manifeste en un certain sens un conformisme à toute épreuve. Que signifie alors l'adjectif"ingénieux" dont le pare le titre du roman,  (l'ingenium latin désigne un génie créateur) ? L'imagination de Don Quichotte est-elle une simple activité mémorielle, ou recouvre-t-elle une volonté plus active de création ? Si oui, quel sens faut-il lui donner dans l'époque charnière qui est la sienne ?

« Il avait à toute heure et à chaque instant l'imagination remplie des combats, des défis, desenchantements, des aventures, des amours, bref, de ces absurdités que l'on trouve dans les romans de chevalerie, et tout ce qu'il disait, pensait ou faisait n'avait d'autre but que de s'y conformer » (ch. XVIII, p. 187).
1) L'imagination est donc cette force par laquelle Don Quichotte s'arme chevalier dans des "temps calamiteux" :
.[...] En un mot, j'imagine que ce que je dis est comme je ledis, ni plus ni moins; et je la vois en esprit telle que la veut mon désir. » (ch.XXV, p.276-277).
En personnage de la Renaissance, Don Quichotte revendique l'imitation comme la voie la plus juste de la perfection. Fort de cette conviction, il multiplie les occasions de ressembler à son modèle, d'autant plus quand les circonstances s'y prêtent pauvrement. Parfois, en effet, le délire de DonQuichotte est comme planifié, comme peut l'être une ascèse systématique.
Le chapitre où il choisit d'imiter la folie du chevalier trahi par sa dame, entre comme un véritable thème, une sorte d'exercice. À l'étonnement de Sancho, il peut dès lors rétorquer : « Qu'un chevalier errant devienne fou pour une raison, bonne ou mauvaise, on n'a pas à lui en savoir gré. Mon mérite est de perdre le jugement sansmotif, donnant ainsi à penser à ma dame que, si je fais cela à froid, que ne ferais-je à chaud ! [...] Ainsi donc, Sancho, ne perds pas de temps avec tes conseils : je ne renoncerai pas à une imitation si rare, si heureuse, si nouvelle. Fou je suis, et fou je serai jusqu'à ce que tu reviennes, avec la réponse à une lettre que tu vas aller porter de ma part à ma dame Dulcinée. » (ch. XXV, p. 269).   Il faut pour cela tenir compte de la part de volonté qui entre dans l'imagination de Don Quichotte. A plusieurs reprises, sa clairvoyance, voire sa pondération, nous étonnent et justifient la remarque du curé : « Mis à part les sottises qu'il débite sur tout ce qui concerne sa folie, dès qu'on parle avec lui d'autre chose, ses propos sont empreints de bon sens et il s'exprime avec clarté etdiscernement. Aussi, tant qu'on ne touche pas à la chevalerie, personne ne peut croire qu'il a perdu la tête. » (ch. XXX, p. 346). Souvent, l'application mise à croire en ses fantasmes laisse le lecteur perplexe sur la nature de ses égarements : bien des indices laissent à penser qu'ils sont concertés, comme ces invocations adressées à la Nature et à Dulcinée sur le mode de la lamentation (270-271)ou cette remarque adressée à Sancho lorsque celui-ci découvre que Dulcinée n'est qu'Aldonza Lorenzo, "solide garce" du pays : « Pour ce que j'attends de Dulcinée, elle vaut pour moi la plus grande princesse de la terre.[...] Il me suffit donc de décider et de croire que la bonne Aldonza Lorenzo est belle et honnête.[...] En un mot, j'imagine que ce que je dis est comme je le dis, ni plus ni moins;et je la vois en esprit telle que la veut mon désir. » (ch.XXV, p.276-277). Sur ce plan, Don Quichotte manifeste un idéalisme absolu : les êtres valent mieux par leur âme que par leur enveloppe charnelle ou leur identité sociale. Le rôle du Chevalier est de désigner cette part idéale à l'attention des intéressés, de les nommer comme en un second baptême et d'interdire à quiconque de douter de...
tracking img