Immigration clandestine entre le mexique et les tats-unis

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1036 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 avril 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Malgré la grande puissance économique et politique des États-Unis, ses très vastes frontières avec ses pays limitrophes sont encore source de conflits. Un bon exemple de cette situation conflictuelle est le problème d’immigration clandestine entre le Mexique et les États-Unis, sujet dont traite notamment La frontière de verre, célèbre roman de Carlos Fuentes. Toutefois, dans l’extrait étudié,l’auteur fait naître de cette opposition des relations qu’on aurait pu croire impossibles entre deux personnages si différents. En effet, c’est au sommet d’une tour à bureaux que l’amour surgit entre un laveur de vitres et une publiciste. Nous étudierons comment cette dissemblance contribuera à l’émergence d’un fort lien entre les deux personnages. Pour ce faire, nous soulèverons les différents aspectsde cette opposition, puis nous décrirons l’amour unissant les protagonistes. Débutons l’étude de leurs différences par l’élément les dissociant le plus clairement, soit leur classe sociale. En effet, Audrey est éduquée et travaille comme publiciste dans une grande compagnie américaine, alors que Lisandro, peu éduqué, se contente de laver les vitres d’immeubles à bureaux à un salaire dérisoire.En temps normal, il s’agirait de deux individus dont la caste ne permettrait pas la rencontre, ce qui a contribué à freiner leur premier contact. De fait, si ceux-ci n’avaient pas su surmonter cette première barrière, peut-être leur relation se serait-elle limitée à celle qu’on leur eut prescrit, celle d’un cadre et de son subalterne : « […] la jeune femme fit un signe de tête comme on salue, parpolitesse, un serveur de restaurant, c’est-à-dire moins cordialement qu’un portier d’immeuble… » (p.205) Cet extrait exprime bien comment la première réaction d’Audrey a été influencée par les convenances et comment elle aurait pu s’y arrêter. Notons aussi que leurs différentes nationalités représentaient un obstacle à leur rapprochement. Leurs origines sont source de gêne, tout particulièrementdans le cas de Lisandro, pour qui être Mexicain représente une infériorité. Celui-ci hésite à révéler son prénom à Audrey, « par complexe » (p.210), le trouvant « si long, si peu usuel en anglais » (p.210). Il craint même d’offenser sa vis-à-vis, à chaque instant, prétextant sa « méconnaissance des formes de courtoisie américaine » (p.209). Du point de vue d’Audrey, Lisandro représente tout lecontraire de son mari actuel. Physiquement, « la peau mate, olivâtre, sensuelle, le nez court et mince, aux narines frémissantes, le cheveu noir, frisé, jeune », des traits mexicains, contrastent avec la banalité qu’elle nous laisse supposer de son mari. Aussi, la jeune femme analyse le laveur de vitre en l’opposant continuellement à son époux de façon sous-entendue : « Cet homme, se dit-elle, nem’appellerait jamais au téléphone à deux heures du matin pour étaler son désespoir et demander qu’on lui pardonne » (p.206-207). Cette citation laisse supposer un trait de caractère qu’elle reproche à son mari et qu’elle croit fermement absent chez Lisandro. Ainsi, les différentes oppositions entre les deux personnages auraient pu contribuer à les séparer, mais l’auteur en a décidé différemment.Effectivement, c’est plutôt l’amour qui a surgit, spontanément, de cette disparité. Cet amour prend la forme d’un coup de foudre partagé par les deux personnages. On reconnait le coup de foudre par les sentiments nés d’un seul regard échangé entre Audrey et Lisandro. Chacun d’eux est perturbé par la rencontre de l’autre, si différent. Audrey, chamboulée, se trouve ridicule de « tomber amoureuse dupremier homme qui passait dans la rue » (p.207). Lisandro, quant à lui, attendait nerveusement que son regard croise celui de la jeune femme. « Le regard lui suffit » (p.207). Dès cet instant, tous deux se sentent isolés, « séparés des autres » (p.210) par le sentiment qui les lie. De part et d’autre de la vitre, les personnages vivent ce coup de foudre à leur manière. D’un côté, Audrey remet en...
tracking img