Immigration et football

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 40 (9909 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
FOOTBALL ET IMMIGRATION : LES FIGURES DE KOPA, PLATINI, ZIDANE DANS LES MÉDIAS
Xavier Béal Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

rythme d’accroissement de la population, le maintient Le 12 juillet 1998, l’équipe de France de football remportait sa première Coupe du Monde, en battant en finale le Brésil. Le lendemain le quotidien L’Équipe titrait « l’heure de gloire » . On pouvaity lire « la victoire de l’équipe de France est un acte de foi national aux symboles merveilleux. Zidane le Beur, Deschamps et Lizarazu les Basques, Desailly et Vieira les Africains, Thuram l’Antillais, Djorkaeff le Kalmouk, Boghossian l’Arménien, Guivarc’h le Breton, Karembeu le Kanak, Dugarry le Girondin, Blanc le Cévenol, Jacquet l’ouvrier rhône-alpin, Petit le Normand, Barthez l’Ariégeois, ontuni leurs destins pour la grandeur d’un pays dont ils sont tous les mêmes enfants de grande volonté, fruits délicieux d’une histoire sanglante, douloureuse, taquine parfois, ancienne ou récente, mais au bout du compte unificatrice, pacificatrice, intégratrice »2. Cette vision de la victoire française3, se généralisa dans l’ensemble des médias et fut interprétée comme la victoire d’une Francemulticulturelle avec un slogan tel que « la France Black Blanc Beur ». Les liens entre le football et l’immigration ont alors été mis en avant. Le football facilitant l’intégration et la reconnaissance des populations étrangères avec une immigration dans et par le football. En effet depuis plus de cent ans la France est un pays d’immigration : jusqu’au milieu du XIXème siècle, la population de laFrance s’est enrichie d’éléments allogènes relativement peu nombreux. Vers la fin du XIX
ème

d’un taux de mortalité élevé, alors que le taux de natalité stagne. Cela pose problème car la France doit assurer le contrôle d’un vaste empire colonial, faire face aux périls croissants de la situation internationale et surtout répondre aux besoins de main-d’œuvre suscités par l’essor industriel. Face àla pénurie de bras, l’appel à la main-d’œuvre étrangère devient inévitable. Débute alors en France une immigration de masse provenant des pays frontaliers avec principalement des Belges et des Italiens 4. La part des immigrés non-Européens est alors quasiment nulle. Ce phénomène de masse continue, amplifié par le nombre important de français tués lors de la « Guerre 14-18 »5. Ainsi en 1921, lenombre des étrangers en France dépasse le million et demi de personnes. Dans les années 1930, les Italiens viennent toujours en tête (certains d’entre eux commencent à fuir le fascisme), mais la nouveauté concernant l’immigration, est l’arrivée des Polonais afin d’occuper principalement des emplois de mineurs dans le Nord et le Pas-de-Calais. Après la Seconde Guerre mondiale et pendant les « TrenteGlorieuses », le visage de l’immigration vers la France change. C’est l’arrivée des immigrés hispaniques, mais surtout de l’immigration maghrébine qui représente désormais près du quart de l’immigration étrangère6. Ainsi, si la France est depuis plus de cent ans, considérée comme ce l’un constat des principaux s’appliquer pays au d’immigration7, peut-il

1

siècle, la France est confrontée àplusieurs

football ? La réponse est positive puisque les liens entre le football, immigration et intégration sont anciens

problèmes. Elle connaît un fort ralentissement du

1

contrairement à ce qu’ont pu présenter les médias juste après le triomphe des Bleus en 1998. En effet, une enquête de Didier Braun pour L’Équipe au début de l’année 1986 révélait que sur les 600 joueurs qui avaientporté le maillot de l’équipe de France, depuis 1904 , environ 200 d’entre eux avaient une origine étrangère ou extra-métropolitaine . Les plus représentés, étaient les Africains du Nord avec 7 % du total, puis les Italiens (près de 6,5 %), les Polonais (6 %), les Espagnols (3 %) et les représentants des DOM-TOM (1 %). Ainsi le premier joueur noir de l’équipe de France fut Raoul Diagne en 1931...
tracking img