Immobilier

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 31 (7682 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
|Immobilier ancien : |
|Les facteurs de la reprise sont-ils réunis ? |
|FÉDÉRATION NATIONALE DE L’IMMOBILIER|
| |
|www.fnaim.fr |

SOMMAIRE
> Introduction, les questions d’actualité
> Les tendances des prix au 2ème trimestre 2009- Un chiffre peut en cacher un autre
- Autour d’une tendance moyenne, les disparités

> Les raisons de la résistance des prix à la baisse
- Le crédit immobilier favorable aux emprunteurs
- La baisse des prix, facteur de soutien de la solvabilité

> Les facteurs de la reprise sont-ils réunis ? Non !
- Le rebond de l’activité n’a pas eu lieu
- Une crise de confiance peu favorable à larelance
- Le moral des ménages toujours dégradé
- Une pression temporaire à la hausse des prix pas favorable
- Le spectre d’une crise structurelle

> Un appel à la décision publique
ANNEXES
Annexe 1 : Dans la multiplicité des sources disponibles, la réalité observée sur le marché doit s’imposer
Annexe 2 : Comment distinguer l’analyse de court terme et de moyen terme
Annexe 3 : Donnéeschiffrées

LE FIL CONJONCTUREL FNAIM AU 2ÈME TRIMESTRE
EN BREF…
Le mouvement de recul des prix amorcé au cours du 1er semestre 2008, confirmé au 2nd semestre 2008 (-2.9% et -6.5% de baisses au 3ème et au 4ème trimestre 2008), semble marquer une pause.
Un chiffre peut en cacher un autre : les légères hausses de prix enregistrées au cours du 2ème trimestre ne doivent pas venir masquer la tendance à labaisse des prix (-7.3% sur un an). Tout au plus, elles permettent d’écarter le scénario d’une chute brutale des prix pour 2009.
Autour d’une tendance moyenne, les disparités : le recul des prix s’intensifie sur le collectif de petite et moyenne taille, là où les besoins sont les plus nombreux – les tendances à la baisse des prix sont les plus vives sur les territoires épargnés jusqu’alors par lesfortes baisses.
La baisse des prix, facteur de soutien de la solvabilité des ménages qui se restaure de +4.2% sur un an et retrouve son niveau de 2004. Mais avec le « ralentissement de la baisse des prix », la seule baisse à court terme des taux d’intérêts ne permettra pas de maintenir à niveau le « pouvoir d’achat logement » des ménages.
Un recul de l’activité de près de 30 % sur un an : labaisse des prix ne semble pas pouvoir, à elle seule, constituer aujourd’hui « le facteur de reprise ».
Une nouvelle orientation à la hausse des prix n’est pas souhaitable. Le bénéfice des baisses enregistrées serait annihilé sans qu’un redressement significatif de l’activité n’ait été observé.
Mais même si les données conjoncturelles récentes semblent confirmer un frémissement de l’activité, lespectre d’une crise structurelle plus profonde ne peut pas être écarté aujourd’hui.
Doublement du PTZ dans l’ancien, réduction ou exonération temporaire des droits de mutation dans l’ancien : gageons que les pouvoirs publics sauront enrayer le spectre d’une crise structurelle profonde du marché immobilier ancien.

[pic]
INTRODUCTION : LES QUESTIONS D’ACTUALITÉ
Au cours du mois de juin 2009, lesprix des logements anciens ont enregistré un recul de -1.8%, confirmant ainsi leur tendance baissière. Pour autant, les évolutions observées au cours du 1er semestre 2009 se sont inscrites en rupture par rapport à celles observées fin 2008. Le fort repli des prix qui a impacté le marché depuis juin 2008 (-9.2%) ne s’est en effet pas confirmé au cours des premiers mois de l’année 2009, les prix...
tracking img